Mucha***

Mucha - affiche

L’exposition « Mucha » a lieu en ce moment et jusqu’à fin janvier 2019 au musée du Luxembourg. « Vous n’avez pas de talent et vous perdez votre temps à vouloir dessiner. Choisissez une autre profession où vous serez plus utile. » C’est ainsi que l’Académie des Beaux Arts de Prague s’adresse au jeune Mucha, alors âgé de dix-huit ans ! Heureusement, l’artiste a persisté, et ses affiches sont encore aujourd’hui plébiscitées par le public ! Lire la suite

Renoir père et fils – Peinture et cinéma***

P_20181108_111558

L’exposition « Renoir père et fils – Peinture et cinéma » est actuellement présentée au Musée d’Orsay. On connaît bien le père, Auguste Renoir, géant de l’impressionnisme, et peut-être un peu moins le fils, Jean Renoir, cinéaste d’avant-garde. La grande originalité de cette exposition est de présenter les destins croisés du père et du fils autour d’une sélection de thématiques – et ainsi de découvrir l’influence de l’un sur l’autre, tous deux unis par une même passion pour le naturalisme. Lire la suite

Cold War****

Cold War affiche

Après ‘Ida’ (oscar du meilleur film étranger en 2015), le film « Cold War » du même Pawel Pawlikowski a remporté cette année le prix de la mise en scène au Festival de Cannes – une récompense amplement méritée, puisque tout dans ce film est maîtrisé à la perfection : un noir-et-blanc somptueux, le cadre (carré), l’image, la lumière, la bande-son, sans oublier l’interprétation magistrale des comédiens…un chef d’œuvre. Lire la suite

Les impressionnistes à Londres***

impress-affiche

L’exposition « Les Impressionnistes à Londres » se déroule au Petit Palais jusqu’au 14 octobre. Contrairement à ce que pourrait laisser entendre son titre, elle n’est pas centrée uniquement sur les impressionnistes, et couvre une période d’environ trente ans, entre 1870 et 1904, durant laquelle, pour des raisons diverses, des artistes français ont résidé dans la capitale anglaise : exilés, confrontés à une société et à des codes différents, ils ont, chacun à leur manière, exprimé leur expérience au travers de leurs œuvres. Lire la suite

La dernière nuit ***

La dernière nuit

« La dernière nuit » d’Emmanuel Bove a été publié en 1939. Auteur discret, disparu prématurément à l’âge de 47 ans, Emmanuel Bove est pourtant l’auteur d’une vingtaine d’ouvrage parus durant l’entre-deux-guerres. On peut en trouver certains dans le catalogue du Castor Astral, petite maison d’édition qui œuvre notamment à la réhabilitation d’auteurs (un peu trop vite) oubliés… Lire la suite

Le maître du Talmud **

Le maître du Talmud

« Le maître du Talmud » est le nouveau roman d’Eliette Abécassis qui vient de paraître chez Albin Michel. Il s’agit d’un thriller théologique qui se déroule principalement à Paris, au début du XIIIème Siècle. Le narrateur, Eliézer, un jeune homme juif qui étudie la Torah et le Talmud sous l’autorité du maître Sire Vives, se retrouve au cœur d’un complot meurtrier, qui met en danger la survie de sa communauté.

Lire la suite

Encore heureux ***

encore heureux

Avec « Encore heureux », Yves Pagès ancre une intrigue policière dans une France qui chemine grosso modo des événements de Mai 68 à l’élection de Mitterrand en Mai 81. Son personnage principal, le dénommé Bruno Lescot, multiplie les bourdes, et se fait vite connaître des services de police; ‘encore heureux’ qu’il puisse compter sur le soutien sans faille de quelques proches : sa grand-mère, son psy, son simili beau-père.

Lire la suite

La Tour abolie *

P_20171114_101846

« La Tour abolie », le nouveau roman de Gérard Mordillat paru chez Albin Michel, se déroule dans une tour de la Défense, dont les étages supérieurs sont occupés par une entreprise, Magister, et les parkings et sous-sol par les laissés-pour-compte, SDF, junkies. Inévitablement, ces deux mondes qui coexistent vont finir par s’entremêler, se confronter, dans cet univers clos de la Tour, symbole de l’ordre social de nos sociétés occidentales.

Lire la suite

Tiens ferme ta couronne ***

 

P_20171105_094319Finaliste du Goncourt et du Grand Prix de l’Académie Française, Yannick Haenel a remporté le Prix Médicis 2017 avec « Tiens ferme ta couronne ». J’avais adoré « Cercle », mal digéré « Les Renards Pâles »; Yannick Haenel avec ses hallucinations, ses excès, sa liberté, son érudition, nous fascine ou nous irrite, c’est selon. « Tiens ferme ta couronne » est un excellent cru, sous les auspices de Diane Chasseresse, avec des proies et des prédateurs, une baleine, un chien, des cerfs, et un fusil de marque Haenel.

Lire la suite