Renoir père et fils – Peinture et cinéma***

P_20181108_111558

L’exposition « Renoir père et fils – Peinture et cinéma » est actuellement présentée au Musée d’Orsay. On connaît bien le père, Auguste Renoir, géant de l’impressionnisme, et peut-être un peu moins le fils, Jean Renoir, cinéaste d’avant-garde. La grande originalité de cette exposition est de présenter les destins croisés du père et du fils autour d’une sélection de thématiques – et ainsi de découvrir l’influence de l’un sur l’autre, tous deux unis par une même passion pour le naturalisme. Lire la suite

Le plongeur***

livre le plongeur de Stéphane Larue

« Le plongeur » est le premier roman de l’auteur québécois Stéphane Larue, qui a remporté le prix des libraires du Québec et le prix Senghor en 2017. Prenez une grande respiration et préparez-vous à aller jusqu’au bout de la nuit montréalaise avec le narrateur, un jeune homme à l’heure des choix cruciaux – sur le fil de la vie, il peut décider d’exploiter ses talents et s’en sortir, ou se laisser envahir par ses démons, et sombrer.

Lire la suite

La saveur des ramen**

SaveurDesRamen - affiche

« La saveur des ramen » d’Eric Khoo, réalisateur singapourien, s’inscrit dans la mouvance des films ‘culinaires’, genre auquel se sont essayés de nombreux metteurs en scène européens, asiatiques, américains, la nourriture étant considérée à juste titre comme un ‘marqueur fort de l’identité culturelle’. Et c’est précisément ce dont il est question dans le film de Khoo – on en vient presque à regretter que les cinémas ne projettent pas (encore) en odorama ! Lire la suite

La vraie vie***

Livre La vraie vie d'Adeline Dieudonné éditions l'iconoclaste

« La vraie vie » est le premier roman d’Adeline Dieudonné, qui a remporté (entre autres) le prix du roman FNAC 2018 et le Grand Prix des Lectrices de ELLE ! Ce livre est peuplé d’animaux morts ou vivants : une hyène empaillée, un adorable chiot, des chèvres naines, des perruches…mais, on le vérifiera une nouvelle fois, le pire prédateur ‘dans la vraie vie’, c’est l’homme.

Lire la suite

Traverser les murs***

Livre 'Traverser les murs' de Marina Abramovic éditions Fayard

« Traverser les murs » est le recueil de mémoires de Marina Abramovic, âgée aujourd’hui de 71 ans. Vous y croiserez des moines tibétains, Joseph Beuys, l’ombre de Tito, Lady Gaga, des rats et des serpents, vous entendrez des hurlements déchirants et un silence assourdissant, vous voyagerez aux quatre coins du monde, et arrivés à la fin de ce périple, épuisés, sidérés, apaisés, vous aurez peut-être le sentiment de comprendre un peu mieux l’art – et la vie.

Lire la suite

Burning***

Burning-affiche

« Burning » de Lee Chang-Dong est un film troublant, magnifique, dont l’étrangeté repose sur un trio de jeunes gens confrontés à un monde binaire : Corée du Sud ou Corée du Nord, ville ou campagne, victime ou coupable, riche ou pauvre, apparition ou disparition…sauf quand le ‘ou’ se transforme en ‘et’ – alors on suivra un chat, qui tel le chat de Schrödinger est ET n’est pas là à la fois – à moins qu’il existe une troisième voie, celle de l’imaginaire. Lire la suite

Un monde à portée de main***

livre un monde à portée de main de maylis de Kerangal éditions verticales

Paru chez Verticales, « Un monde à portée de main » est le dernier roman de Maylis de Kerangal, qui nous fait partager le destin de Paula Karst, une jeune femme devenue ‘peintre en décor’. Après l’exploration de l’univers hospitalier et du corps humain dans ‘Réparer les vivants’, la romancière s’empare de la nature avec son incroyable diversité minérale, végétale, et animale, et confie à Paula la tâche harassante de nous la rendre, avec ses pinceaux, en trompe-l’oeil, dans toute sa splendeur originelle.

Lire la suite

Le poirier sauvage***

Le-poirier-sauvage-affiche

« Le poirier sauvage » est le dernier film du réalisateur turc Nuri Bilge Ceylan, en sélection officielle au Festival de Cannes 2018, quatre ans après sa palme d’or reçue pour ‘Winter Sleep’. Si ‘Winter Sleep’ (que j’avais beaucoup aimé) avait l’éclat métallique et rocailleux de la lumière d’hiver, « Le poirier sauvage » se nimbe des couleurs dorées de l’automne et adopte un ton plus chaleureux, moins cérébral.  Lire la suite