Les nougats**

Les nougats

« Les nougats » est le premier roman de Paul Béhergé, publié chez Buchet Chastel, à consommer comme la confiserie du même nom, selon votre goût : l’engloutir d’un coup, ou bien déguster par petites bouchées – puis sentir un petit goût sucré, et laisser fondre doucement ou bien croquer vite les amandes pour diffuser l’amertume… Lire la suite

Les impressionnistes à Londres***

impress-affiche

L’exposition « Les Impressionnistes à Londres » se déroule au Petit Palais jusqu’au 14 octobre. Contrairement à ce que pourrait laisser entendre son titre, elle n’est pas centrée uniquement sur les impressionnistes, et couvre une période d’environ trente ans, entre 1870 et 1904, durant laquelle, pour des raisons diverses, des artistes français ont résidé dans la capitale anglaise : exilés, confrontés à une société et à des codes différents, ils ont, chacun à leur manière, exprimé leur expérience au travers de leurs œuvres. Lire la suite

L’impureté***

P_20180727_154520

« L’impureté » est le quatrième roman de Larry Tremblay, auteur québécois, publié aux Editions Alto. La pureté est-elle nécessairement destinée à être souillée ? Trois histoires imbriquées dans une mise en abîme vertigineuse constituent la matière de cet ouvrage dense, intense, dont les thèmes principaux – l’amour, la fidélité, le deuil, la création littéraire – résonnent en écho jusqu’aux toutes dernières pages. Lire la suite

Senses 1-2-3-4-5**

Senses - affiche

« Senses » de Ryusuke Hamaguchi est un film expérimental fleuve (5H17) qui dans sa version cinéma a été découpé en trois parties (1/2-3/4-5). Les quatre comédiennes, non-professionnelles, ont remporté un prix au festival de Locarno. On pourrait penser à un ‘Desperate Housewives’ nippon, puisqu’il est question d’une amitié entre quatre femmes.  Mais la comparaison s’arrête là, car on est à Kobe, et l’hystérie (individuelle ou collective) n’est pas de mise.

Lire la suite

La révolution silencieuse ***

La-revolution-silencieuse-affiche

« La révolution silencieuse » est un film de Lars Kraume (auteur du remarqué ‘Fritz Bauer’) avec en tête d’affiche trois jeunes et talentueux comédiens allemands, Leonard Scheicher, Tom Gramenz, Lena Klenke. Nous voici donc ramenés en 1956, au cœur d’une intrigue nous confrontant à des thèmes qui, loin d’être dépassés, sont encore et toujours d’actualité dans de nombreux pays : il y est question de liberté des médias, du libre-arbitre, de l’oppression, de la résistance, des préjugés, du poids du passé…

Lire la suite

Le Monde des hommes **

Le monde des hommes

« Le Monde des hommes » est le premier volet de la quadrilogie (‘Buru Quartett’) de Pramoedya Ananda Toer, dit ‘Pram’, présenté sur le bandeau du livre comme ‘le plus grand écrivain indonésien’. L’auteur a passé un quart de sa vie en prison pour des raisons politiques; pendant sa détention, il a raconté cette histoire à ses compagnons d’infortune, avant de la consigner par écrit à sa libération, en 1975.

Lire la suite

Au revoir là-haut ****

au revoir là-haut - affiche
Le film est au diapason de son affiche : foisonnant, virtuose, magnifique…
« Au revoir là-Haut », qui est l’adaptation libre par Albert Dupontel du roman éponyme de Pierre Lemaître ( Prix Goncourt 2013), sort le 25 octobre. Ce film a été présenté en compétition au festival du film de San Sebastian et nominé au Festival du film d’Angoulême. Il y est beaucoup question de la Mort, et des morts, tous ces millions de morts qu’il a bien fallu enterrer après la Première Guerre Mondiale – et pourtant on rit beaucoup; lorsqu’elle devient un objet de négoce entre les vivants, la Mort dévoile son visage grotesque et grimaçant. Lire la suite

Eleanor Oliphant va très bien **

P_20171010_171853

Le premier roman de Gail Honeyman, « Eleanor Oliphant va très bien », a connu un succès foudroyant Outre-Manche, et sera bientôt traduit dans 27 langues . D’abord intrigué par ce drôle de patronyme (Oliphant) , on se doute qu’elle ne va pas si bien que ça : c’est tout l’enjeu de ce roman agréable et fluide, facile à lire, mais surtout pas futile. Et d’ailleurs, pourquoi y a-t-il en couverture des allumettes consumées qui forment une maison ?

Lire la suite