La saveur des ramen**

SaveurDesRamen - affiche

« La saveur des ramen » d’Eric Khoo, réalisateur singapourien, s’inscrit dans la mouvance des films ‘culinaires’, genre auquel se sont essayés de nombreux metteurs en scène européens, asiatiques, américains, la nourriture étant considérée à juste titre comme un ‘marqueur fort de l’identité culturelle’. Et c’est précisément ce dont il est question dans le film de Khoo – on en vient presque à regretter que les cinémas ne projettent pas (encore) en odorama ! Lire la suite

Mademoiselle de Joncquières***

MLLE_DE_JONCQUIERES_affiche

« Mademoiselle de Joncquières » d’Emmanuel Mouret est un film anachronique : cette plongée dans les méandres amoureux, les tourments de la jalousie et de la vengeance au sein de la France du XVIIIème siècle a quelque chose de délicieusement désuet dans le panorama cinématographique actuel – même si, sous les rubans de satin, la cruauté et la violence s’expriment bel et bien. Lire la suite

Burning***

Burning-affiche

« Burning » de Lee Chang-Dong est un film troublant, magnifique, dont l’étrangeté repose sur un trio de jeunes gens confrontés à un monde binaire : Corée du Sud ou Corée du Nord, ville ou campagne, victime ou coupable, riche ou pauvre, apparition ou disparition…sauf quand le ‘ou’ se transforme en ‘et’ – alors on suivra un chat, qui tel le chat de Schrödinger est ET n’est pas là à la fois – à moins qu’il existe une troisième voie, celle de l’imaginaire. Lire la suite

Le poirier sauvage***

Le-poirier-sauvage-affiche

« Le poirier sauvage » est le dernier film du réalisateur turc Nuri Bilge Ceylan, en sélection officielle au Festival de Cannes 2018, quatre ans après sa palme d’or reçue pour ‘Winter Sleep’. Si ‘Winter Sleep’ (que j’avais beaucoup aimé) avait l’éclat métallique et rocailleux de la lumière d’hiver, « Le poirier sauvage » se nimbe des couleurs dorées de l’automne et adopte un ton plus chaleureux, moins cérébral.  Lire la suite

Arythmie***

arythmie - affiche

« Arythmie » est le cinquième long-métrage de Boris Khlebnikov, avec Alexandre Yatsenko et Irina Gorbatcheva…Boris Khlebnikov fait partie de la mouvance des ‘nouveaux calmes’, un groupe de réalisateurs russes qui ont émergé à partir de 2005 et se caractérisent par leur regard décalé sur les problèmes sociaux de la Russie, en adoptant un ton plus léger (et globalement mieux toléré par les autorités) que Zviaguintsev ou Loznitsa par exemple. Lire la suite