Leto**

Leto-affiche

« Leto » est un film qui raconte l’émergence de la scène rock russe, dans les années 80, sous l’impulsion de deux figures majeures, totalement inconnues dans nos contrées : Mike Naumenko et Viktor Tsoï. Le réalisateur, Kirill Serebrennikov, n’était pas à Cannes pour le présenter, mais son équipe de comédiens était bien présente : Roman Bilyk (Mike) , Teo Yoo (Viktor Tsoï), et Irina Starshenbaum (Natacha) ont gravi les marches, peu de temps après Zviaguintsev, un autre réalisateur russe, qui, lui, faisait partie du jury cette année. Lire la suite

Cold War****

Cold War affiche

Après ‘Ida’ (oscar du meilleur film étranger en 2015), le film « Cold War » du même Pawel Pawlikowski a remporté cette année le prix de la mise en scène au Festival de Cannes – une récompense amplement méritée, puisque tout dans ce film est maîtrisé à la perfection : un noir-et-blanc somptueux, le cadre (carré), l’image, la lumière, la bande-son, sans oublier l’interprétation magistrale des comédiens…un chef d’œuvre. Lire la suite

First man***

First man - affiche

Après le succès de ‘Whiplash’ et ‘La La Land’, Damien Chazelle nous emmène cette fois-ci sur la Lune, avec Neil Armstrong, le premier homme, ‘First Man’, à y avoir posé le pied, tout en prononçant LA phrase culte :
That’s one small step for [a] man, one giant leap for mankind’ , autrement dit
C’est un petit pas pour [un] homme, [mais] un bond de géant pour l’humanité’

Lire la suite

La saveur des ramen**

SaveurDesRamen - affiche

« La saveur des ramen » d’Eric Khoo, réalisateur singapourien, s’inscrit dans la mouvance des films ‘culinaires’, genre auquel se sont essayés de nombreux metteurs en scène européens, asiatiques, américains, la nourriture étant considérée à juste titre comme un ‘marqueur fort de l’identité culturelle’. Et c’est précisément ce dont il est question dans le film de Khoo – on en vient presque à regretter que les cinémas ne projettent pas (encore) en odorama ! Lire la suite

Mademoiselle de Joncquières***

MLLE_DE_JONCQUIERES_affiche

« Mademoiselle de Joncquières » d’Emmanuel Mouret est un film anachronique : cette plongée dans les méandres amoureux, les tourments de la jalousie et de la vengeance au sein de la France du XVIIIème siècle a quelque chose de délicieusement désuet dans le panorama cinématographique actuel – même si, sous les rubans de satin, la cruauté et la violence s’expriment bel et bien. Lire la suite