De pierre et d’os (Bérengère Cournut)

de pierre et dos de bérengère cournut aux editions le tripode

« De pierre et d’os » de Bérengère Cournut, aux éditions du Tripode, a remporté cette année le prix du roman Fnac. Paré d’une magnifique couverture, le livre laisse entendre la petite voix ténue d’Uqsuralik, une jeune femme inuit au destin singulier – une errance poétique et chamanique dans les profondeurs de l’arctique.

L’histoire

Une nuit, la jeune Uqsuralik sort de l’igloo protecteur qui l’abrite; survient un craquement, la glace se fend: en quelques instants, elle est séparée de sa famille. Il lui faut résister au froid, tenter de se nourrir pour survivre, et puis marcher, marcher jusqu’à trouver une autre communauté d’humains, composée de trois familles: recueillie miraculeusement, elle commence une nouvelle vie.

Mon avis sur « De pierre et d’os »

Le ton très particulier de ce roman est lié au choix de Bérengère Cournut de laisser la parole à son héroïne, Uqsuralik, plaçant ainsi le lecteur non pas en position de spectateur, mais au cœur de la vie et des pensées intimes de la jeune femme. Le récit se fait donc au présent, avec des phrases simples, courtes; il se déroule au rythme des évènements qui ponctuent l’existence des inuits, naissances, décès, chasses, célébrations, séparations, retrouvailles. De nombreux ‘chants’, invocations partagées par la communauté, viennent rythmer la narration, et au-delà de leur puissante dimension poétique, on comprend bien leur fonction sociale d’agrégation et de purge des sentiments communs. Plongé dans cet espace qui semble infini, une nature à la fois grandiose et inquiétante, le lecteur perd peu à peu ses repères, imprégné par les rites d’une communauté aux traditions millénaires, qui pourraient perdurer éternellement. Bérengère Cournut se démarque en évitant l’écueil d’un discours écolo ou humaniste, et en laissant tout simplement se déployer les paroles et les chants.

Poursuivre la déambulation

Certains élans d’amour remontent à la toute petite enfance; ainsi, le livre ‘Apoutsiak’ de Paul-Emile Victor m’a tellement émue étant enfant, que je me souviens encore du début : ‘Il s’appelait Apoutsiak, le petit-flocon de neige. Il était rond, doré et beau. Bien au chaud dans le dos de sa mère, il dormait. Au réveil, il souriait, tout frais comme un petit flocon, et, dans le fond de ses yeux noirs, des étoiles brillaient…’ Et depuis, je suis fascinée par le Grand Nord et la vie des esquimaux! Dans le film documentaire ‘Nanouk l’esquimau’, sorti en 1922, Robert Flaherty rend hommage avec beaucoup d’humanité au mode de vie séculaire de ce peuple.

Extraits de « De pierre et d’os »

Ecoutez la lecture de la première page du livre :

« En cela elle ne se trompe pas beaucoup, car peu de temps après notre arrivée ce fameux hiver de faim, alors que je n’étais pas encore tout à fait remise de l’accouchement et de la nouvelle qui l’avait accompagné au sujet de mes parents, Sauniq a proposé de m’adopter. J’ai maintenant une mère qui est également la fille de ma fille, et dont je suis ainsi la grand-mère: nous sommes un cycle de vie à nous trois, et les autres se trouvent naturellement reliés à nous par leurs liens à Sauniq. »

« J’ignore ce qu’il s’est passé ce matin-là. Comment le jour blanc a pu nous égarer à ce point. Nous avons filé tout droit vers la terre, sans jamais tomber ni sur l’igloo, ni sur les phoques. Le traîneau de l’homme allait très vite. J’ai senti sous mes fesses la banquise plate, puis les hummocks; j’ai senti le moment où nous avons rejoint la terre ferme, dépassé la grève et survolé la toundra. La neige semblait nous porter comme un courant d’air. »

« Mais Naja m’a aidée à atteindre cet état d’extase qui permet de rejoindre l’espace céleste. Je sais maintenant, grâce à mon propre chant, me propulser hors de mon corps jusqu’au monde des esprits. J’apprends petit à petit à dialoguer avec eux sans avoir peur. Le voyage est pourtant terrifiant. »

Une réflexion sur “De pierre et d’os (Bérengère Cournut)

  1. Pingback: Bérengère Cornut – De Pierre et d’Os | Sin City

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s