La Femme aux Cheveux roux (Orhan Pamuk)

la femme aux cheveux roux d'orhan pamuk aux éeditions gallimard

« La Femme aux Cheveux roux » est le dixième roman d’Orhan Pamuk, auteur turc mondialement connu et récompensé en 2006 par le prix Nobel de Littérature. S’il se présente un peu comme un conte aux multiples rebondissements, le livre suggère un autre niveau d’interprétation, plus politique que féérique, et reprend les thèmes chers à l’auteur, notamment l’opposition ET la symbiose entre Orient et Occident.

L’histoire

Son père ayant quitté le domicilie familial, Cem se retrouve dans l’obligation de gagner un peu d’argent : il part pour Öngören, à proximité d’Istanbul, afin d’aider un puisatier, Maître Mahmut, dans son travail. Là, il rencontre une femme mystérieuse et fascinante, la Femme aux Cheveux roux, qui fait partie d’une troupe de théâtre itinérante. Un soir, il se glisse sous le chapiteau pour regarder le spectacle…

Mon avis sur « La Femme aux Cheveux roux »

« La Femme aux Cheveux roux » est un magnifique roman d’initiation. Le personnage de Cem, le narrateur, est au centre d’un vaste réseau de relations complexes: privé de son père et lui-même père d’un fils qu’il ne connaît pas, ayant trouvé en maître Mahmut un père de substitution, il est fasciné par le mythe d’Œdipe, et par l’histoire de Rostam et Sohrâb – qui en est plus ou moins le pendant oriental. Autour de ce noyau père-fils central, fondateur, l’auteur enroule la thématique de la culpabilité et soumet son héros à la logique implacable du destin. Le style du récit est très agréable, parfois poétique, volontiers érudit mais sans ostentation. On se prend naturellement d’affection pour cet homme qui aurait ‘voulu être écrivain’, mais devient entrepreneur, sorte de héros mythologique des temps modernes dont la bonne volonté ne suffit pas pour briser la fatalité. Et la troisième partie du roman ajoute encore une dimension supplémentaire, qui couronne l’ensemble avec maestria.
Traduit du turc par Valérie Gay-Aksoy
Accédez au site de l’éditeur : La femme aux cheveux roux, Gallimard
Retrouvez une autre chronique à propos de ce livre, sur le blog : La viduité

Poursuivre la déambulation

Orhan Pamuk, menacé de mort, a dû se réfugier aux Etats-Unis en 2007, suite à ses prises de position après l’assassinat de Hrant Dink – un évènement qui est au cœur du roman de Valérie Manteau, ‘Le sillon’, prix Renaudot en 2018.
On retrouve dans « La Femme aux Cheveux roux » quelques similitudes avec le très beau film de Nuri Bilge Ceylan, ‘Le poirier sauvage’, sorti en 2018: là encore, la relation père-fils est une thématique forte, et le héros rêve de devenir écrivain, alors que son père s’escrime vainement à creuser un puits pour trouver de l’eau !
Le peintre Jean-Jacques Henner est connu pour ses nombreux tableaux représentant des… femmes aux cheveux roux. L’année dernière une exposition intitulée ‘Roux!’ s’est d’ailleurs tenue dans le charmant musée Jean-Jacques Henner à Paris dans le XVIIème.

tableau la femme qui lit de Jean-Jacques henner
La femme qui lit, de Jean-Jacques Henner

Extraits de « La femme aux cheveux roux »

Ecoutez la lecture de la première page du livre :

« On ne voyait pas les lumières de la bourgade. Le ciel était d’un bleu profond mais la lueur des étoiles semblait teinter l’univers d’un reflet rougeâtre. Et nous, comme perchés sur une énorme orange en suspension dans le cosmos, nous cherchions le sommeil dans l’obscurité. Plutôt que de nous élever vers le ciel pour atteindre la clarté des étoiles, avions-nous raison de chercher à nous enfouir dans la terre sur laquelle nous étions couchés ? »

« Il se pouvait que la Femme aux Cheveux roux et sa troupe de théâtre repartent à Istanbul par ce train. Lorsqu’il entra enfin en gare, je jetai un dernier regard sur la place et la bourgade d’Öngören puis tournai le dos et m’engouffrai dans une voiture. Alors que je m’installais sur mon siège, j’oubliai toutes les fois où j’avais dû ravaler ma fierté et obéir à mon maître pour ne plus ressentir qu’une culpabilité infinie. »

« Quand tu grandis sans père, tu ne comprends pas que le monde a un centre et des limites, tu crois que tu peux faire tout ce que tu veux, reprit Serhat. Mais au bout d’un moment, tu ne sais plus ce que tu veux, tu te mets à chercher un sens à ta vie, un point d’ancrage dans le monde, quelqu’un qui te dira non. »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s