Matthias et Maxime (Xavier Dolan)

affiche du film Matthias et Maxime de Xavier Dolan

Les films de Xavier Dolan se suivent et ne se ressemblent pas : « Matthias et Maxime » est radicalement différent de ‘Ma vie avec John F. Donovan’ (sorti début 2019), lui-même fort éloigné de ‘Juste la fin du monde’. Retour au Québec pour ce film ‘ de potes’, qui est aussi l’histoire d’une initiation, et une réflexion sur le passage (tardif) à l’âge adulte.

L’histoire

Matthias et Maxime sont des trentenaires, amis d’enfance. Matthias semble déjà solidement ancré dans une existence balisée, avec sa fiancée, et son boulot dans un cabinet d’avocats. Maxime, lui, doit prendre soin de sa mère (dont il est le tuteur légal), et travaille dans un bar ; il a décidé de partir vivre en Australie, pour changer d’air. Lors d’une soirée entre potes, Matt et Max remplacent au pied levé les acteurs (absents) d’un film amateur; ils doivent s’embrasser devant la caméra. Et ce baiser réveille en eux des sentiments ambigus.

Mon avis sur « Matthias et Maxime »

Comme après un long voyage à l’étranger, on ressent le besoin de retrouver son chez-soi, ses amis, sa routine, il semble que Xavier Dolan ait eu envie d’un retour aux sources; et ce qui frappe dès les premières minutes du film, c’est évidemment cette langue québécoise, qui résonne dans des dialogues rapides et percutants (sous-titres obligatoires ! ). Le rythme est soutenu, la caméra agile glisse d’un personnage à l’autre, les plaisanteries fusent, et pourtant, on sent déjà comme une effluve de nostalgie: on ne peut faire durer éternellement le temps de l’insouciance, et Dolan nous montre avec pudeur et sensibilité ce moment où le passage à l’âge adulte est devenu inéluctable, mais où un changement de trajectoire reste toujours possible. A cet égard, le personnage de Matthias (incarné avec brio par Gabriel d’Almeida Freitas), qui prend soudain conscience de son attirance (ou de son attachement indéfectible) pour Max, son copain de toujours, est particulièrement touchant. Au cœur de ce flux continu de paroles, ses silences sont éloquents.
« Matthias et Maxime » n’est certainement pas le meilleur film de Xavier Dolan ( j’avais préféré ‘Mommy’ et ‘Tom à la ferme’), mais on sent filtrer une grande sincérité, voire une certaine humilité de la part d’un réalisateur qui a pourtant désormais pleinement sa place dans ‘la cour des grands’.

Poursuivre la déambulation

Le personnage de la ‘mère’ adulée et haïe, toujours très fort chez Xavier Dolan, exerce aussi son infinie puissance devant la caméra de bien d’autres réalisateurs au style très différent : on l’a vu récemment, dans le ‘Joker’ de Todd Philipps, ou ‘Un Week-end à New York’ de Woody Allen , et même dans ‘Perdrix’ d’Erwan Le Duc !

Extraits de « Matthias et Maxime »

2 réflexions sur “Matthias et Maxime (Xavier Dolan)

  1. Pingback: #PartageTaVeille | 27/10/2019 – Les miscellanées d'Usva

  2. Pingback: Un amour coupable (Matthias et Maxime, Xavier Dolan) – Pamolico : critiques, cinéma et littérature

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s