Once upon a time…in Hollywood (Quentin Tarantino)

affiche du film 'Once upon a time...in Hollywood' de Quentin Tarantino

« Once upon a time…in Hollywood », le dernier opus de Tarantino, a été présenté en compétition lors du festival de Cannes 2019, et accueilli plutôt fraîchement par la critique. Pour son dixième long-métrage, le réalisateur continue d’explorer les ‘genres’ cinématographiques qui l’ont toujours inspiré, avec toutefois beaucoup moins de scènes hyper-violentes, voire ‘hilaro-gores’ (si vous voyez ce que je veux dire).

L’histoire

Toujours épaulé par le cascadeur Cliff Booth, devenu son assistant-chauffeur-réparateur, Rick Dalton est un acteur qui a connu son heure de gloire en incarnant des ‘méchants’ dans des films et séries TV ; mais sa carrière est en berne, un producteur tente de le convaincre d’aller tenter sa chance en Italie, sur le tournage de westerns ‘spaghetti’. Au même moment, Polanski vient s’installer avec son épouse, Sharon Tate, dans la villa voisine.

Mon avis sur « Once upon a time…in Hollywood »

Pour cette fresque de la Californie en 1969, Tarantino a décidé de se faire plaisir. Décors, costumes, belles voitures, tout a été pensé au millimètre pour re-créer l’atmosphère colorée et insouciante de la cité des Anges. Il multiplie les digressions, insérant de larges séquences de tournages de western, filmant avec délectation les coulisses d’Hollywood et sa faune bigarrée, puis braquant la caméra sur un camp de hippies (ou plutôt de harpies). Le duo DiCaprio-Pitt, fonctionne à merveille, dans une symbiose puissamment alcoolisée et ‘tabagisée’. La mécanique Tarantino est bien embrayée, sauf que…le scénario est à peu près inexistant, et la tension dramatique proche de zéro (sauf dans la scène finale). Et donc, si le spectateur averti et cinéphile pourra se régaler des innombrables allusions et citations qui émaillent le film ( et je suis à peu près sûre de ne pas les avoir toutes saisies), le ‘simple visiteur’ en revanche risque de trouver le temps long, et l’exercice ‘de style’ un peu vain. Reste à décrypter sous le soleil et la décontraction ambiantes les coups de griffes portés par un réalisateur toujours caustique : à une époque où le ‘politiquement correct’ fait des ravages, en plein syndrome post-Weinstein, il remet en selle Polanski et dézingue au bazooka (pardon, au lance-flammes) la gent féminine (allumeuses ou hystériques, les femmes sont décidément des plaies)…sans parler de la consommation effrénée de cigarettes et d’alcools divers, qui n’est pas précisément dans l’air du temps. De fait, « Once upon a time…in Hollywood » respire la nostalgie des temps révolus – éventuellement doublée d’une légère aversion pour la nouvelle génération (?). Et finalement, c’est peut-être bien pour ça qu’on l’aime, Tarantino, tout simplement parce qu’il fait ce qu’il veut sans souci apparent du ‘qu’en dira-t-on’ – et qu’il le fait bien.

Poursuivre la déambulation

Je ne suis pas une inconditionnelle de Tarantino, et je suis ressortie plutôt éprouvée de certains de ses films ultra-violents. Toutefois, je place ‘Kill Bill’ (1 et 2) tout en haut de mon palmarès cinéma – avec l’inoubliable Uma Thurman.
DiCaprio confirme son statut de superstar, qui en plus se bonifie avec le temps. Difficile de faire une sélection dans sa filmographie éblouissante; toutefois, on peut se faire une idée du chemin parcouru en comparant ses prestations à quinze ans d’intervalle, entre ‘La plage’ (1999), et ‘Gatsby le magnifique’ (2013) ou ‘The revenant’ (2015).
Pour le très séduisant Brad Pitt, c’est l’inverse, il me semble que j’ai préféré ses films les plus anciens (‘Et au milieu coule un rivière’ en 1992, ou ‘Seven’ en 1995)…encore que ‘Babel’ (2006) et ‘The tree of life’ (2011) m’aient énormément plu, mais cela tient sans doute aussi au talent des réalisateurs de ces films !

Extraits de « Once upon a time…in Hollywood »

Une réflexion sur “Once upon a time…in Hollywood (Quentin Tarantino)

  1. Pingback: Les coulisses de Tinseltown (Once upon a time… in Hollywood, Quentin Tarantino) – Pamolico : critiques, cinéma et littérature

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s