Vies minuscules (Pierre Michon)

vies minuscules de pierre michon chez folio

« Vies minuscules » de Pierre Michon, publié en 1984, est sans aucun doute un chef d’œuvre de la littérature française du XXème Siècle. Vous ferez la connaissance d’Antoine Peluchet, aventurier fantasmé, du père Foucault, détenteur d’un terrible secret, de l’inclassable Georges Bandy – et aussi, fatalement, de Pierre Michon lui-même, révélé en effet de miroir par ces vies simples qu’il raconte.

L’histoire

Ce sont d’abord les portraits, les destins de ces êtres humbles, ‘petites gens’ ou ‘invisibles’ comme on les nommerait aujourd’hui – enfants, adultes, aïeuls, attachés à la terre, liés entre eux par affinité, fraternité, ou simplement par le hasard. Et puis sur la trame de cette évocation foisonnante d’un monde qui n’est plus, et de ses proches disparus, Pierre Michon tisse ses propres souvenirs, raconte l’éclosion de sa vocation d’écrivain, et les prémices d’une ‘vie’ dédiée à l’écriture.

Mon avis sur « Vies minuscules »

Premier livre de Pierre Michon, « Vies minuscules » porte en lui tout ce qui fera la grandeur de son œuvre, à commencer par son style un peu suranné, extrêmement travaillé, et qui pourtant s’écoule avec fluidité, se déploie en longues phrases évocatrices et ô combien poétiques. Ces vies qui remplissent l’espace des pages ne font que révéler le vide laissé par les absents; Pierre Michon pour évoquer son père disparu adopte le point de vue de ses grands-parents, et avec pudeur clôture son récit sur un chapitre dédié à sa petite sœur décédée. Mais on ne flotte pas pour autant dans un univers éthéré. L’ancrage régional (la Creuse) donne naissance à une savoureuse toponymie, les lieux sont précisément décrits, et des objets insolites , bibelots, bricoles, ‘trésors’, surgissent comme par magie des cartons et des vieilles boîtes. Tout ceci constitue le terreau abrupt mais finalement fertile, sur lequel grandit le futur écrivain, et l’on peine aujourd’hui à croire qu’il a, à ses débuts, tant souffert de ne pouvoir écrire, alors qu’il en ressentait tant le besoin.

Poursuivre la déambulation

J’ai déjà eu l’occasion de vous parler avec enthousiasme de Pierre Michon, dont j’avais chroniqué « Rimbaud le fils ».
Pierre Michon est l’héritier d’une longue lignée de génies de la littérature, il a dans son évocation des personnages l’envergure d’un Victor Hugo, ou d’un Flaubert, mais en même temps concentre son écriture à l’essentiel, dans un minimalisme puissant, un peu à la manière de Borges dans « Fictions » . Et j’arrête là cette déambulation, me sentant moi aussi ‘minuscule’ face à l’immensité de son talent.

Extraits de « Vies minuscules »

Ecoutez la lecture de la première page du livre :

« Or le père aimait son lopin : c’est-à-dire que son lopin était son pire ennemi et que, né dans ce combat mortel qui le gardait debout, lui tenait lieu de vie et lentement le tuait, dans la complicité d’un duel interminable et commencé bien avant lui, il prenait pour amour sa haine implacable, essentielle. »

« Il était tout autre, Roland, et pourtant si semblable; déraisonnable aussi certes, mais sa déraison n’avait rien du panache voyou, de la gouaille un peu morose, maboule, qui forçait en Rémi l’admiration des gosses; son extravagance était plus pure, abrupte et comme indigente: pas de colifichets, collections pittoresques ou coups d’éclat séditieux; rien de monnayable dans les codes enfantins, rien dont il pût s’enorgueillir, se faire un public, mettre de son côté les rieurs, c’est-à-dire tous. Il lisait des livres. »

« Marianne n’était pas un lecteur de roman; la leurrer était sans noblesse: elle m’envoyait chaque jour des lettres brûlantes, elle avait foi en moi, elle n’avait consenti à cette séparation, pour elle si douloureuse, qu’afin que j’écrivisse. ».

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s