Sally Mann (Jeu de Paume)

Affiche exposition Sally Mann au Jeu de Paume

Le Jeu de Paume présente actuellement et jusqu’au 22 septembre une exposition dédiée à Sally Mann, intitulée ‘Mille et un passages’…et de fait, le temps qui passe et imprime sa marque sur les corps, les paysages, est le fil rouge de cette présentation thématique et chronologique de l’œuvre de la photographe américaine.

L’histoire

Née en 1951, Sally Mann acquiert dans les années 90 une notoriété mondiale avec sa série de photos ‘Immediate family’, mettant en scène ses trois enfants. Puis elle s’intéresse à la nature, aux arbres, et aux séquelles de la guerre de Sécession sur les paysages du sud des Etats-Unis – avant de revenir à des portraits intimes de ses enfants, devenus grands, et de son mari, atteint d’une maladie incurable. Elle en vient ainsi progressivement à mettre en exergue le temps qui passe, et son impact sur les corps, ainsi que le passage destructeur de l’activité humaine, avant que la nature ne reprenne ses droits.

Mon avis sur « Sally Mann »

L’exposition démarre sur une série de clichés tirés de la série ‘Immediate family’, que personnellement j’ai trouvés vraiment bouleversants, tant ils me semblent révéler le pouvoir infini du jeu et de l’imagination chez les enfants. Or il faut savoir que cette série a déclenché dans le passé nombre de polémiques, certaines personnes étant choquées par la nudité et la sensualité émanant de ces corps d’enfants. Chacun se fera sa propre opinion.
J’ai énormément aimé aussi la série intitulée ‘The two Virginias’, un hommage à Virginia, la ‘nounou’ noire de Sally Mann, qui présente des portraits doubles (une femme âgée, une petite fille) absolument magnifiques. Les photographies de paysages sont également remarquables, avec toujours un sens aigü de la lumière et un léger floutage, une teinte spécifique obtenue grâce à une technique particulière expliquée par la photographe dans la vidéo présentée à la fin de la visite.

Poursuivre la déambulation

A propos de la relation entre Sally Mann et Virginia Carter (sa nourrice), et pour découvrir en images la série ‘The two Virginias’, regardez ICI un court film en forme d’hommage, particulièrement émouvant.
Il n’est pas si fréquent de visiter des expositions dédiées à des femmes photographes. Souvenez-vous, je vous ai parlé il y a quelques mois de l’oeuvre de Martine Franck, exposée à la fondation Henri Cartier-Bresson, et aussi de l’américaine Dorothea Lange, dont on pouvait admirer les clichés…au Jeu de Paume.

Extraits de « Sally Mann »

4 réflexions sur “Sally Mann (Jeu de Paume)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s