Slade House (David Mitchell)

slade house de david mitchell éditions de l'olivier

« Slade House » est le dernier roman de David Mitchell paru aux éditions de l’Olivier. Si, à vos risques et périls, vous comptez visiter Slade House, maison hantée, mystérieuse, terrifiante, n’oubliez pas auparavant de brancher en boucle ‘Hotel California’ des Eagles, et notez bien les paroles: ‘You can check out any time you want, but you can never leave’. On vous aura prévenus.

L’histoire

Bienvenue à Slade House ! En 1979, le jeune Nathan Bishop y pénètre avec sa mère, Rita, et rencontre Jonah Grayer, un garçon de son âge ; ils jouent dans le jardin pendant que Rita se joint aux invités de Mrs Grayer, parmi lesquels…Yehudi Menuhin. Neuf ans plus tard, c’est au tour de l’inspecteur Edmonds de visiter les lieux. Chloe Chetwind, la séduisante maîtresse des lieux, le reçoit. Neuf ans plus tard, Sally Timms arrive pour faire la fête avec une bande de copains – elle aurait peut-être dû s’abstenir de goûter les space cakes.

Mon avis sur « Slade House »

Ce sont au total cinq visiteurs qui, entre 1979 et 2015 passent le seuil de la maison maudite. Chacun témoigne de son expérience, avec ses mots, sa personnalité, et à chaque étape, le lecteur progresse un peu plus dans la résolution du mystère. David Mitchell joue avec les codes du conte et du fantastique, établissant des liens entre les époques et les personnages, floutant les repères pour accroître le sentiment d’étrangeté. La structure du récit reste chaque fois identique, mais l’auteur varie les angles de vue, comme un musicien improviserait sur un thème. L’ensemble est agréable à lire, mais évoque tout de même un peu trop l’exercice de style. J’ai été assez déçue, car j’attendais mieux (plus d’ambition, plus d’originalité ) de David Mitchell, dont j’ai vraiment adoré les autres ouvrages.
Accédez au site de l’éditeur : Slade House, Editions de l’Olivier
Traduit de l’anglais par Manuel Berri
Découvrez une autre chronique à propos de ce livre sur le blog : Touchez mon blog

Poursuivre la déambulation

Il existe dans « Slade House » des références au précédent livre de David Mitchell, ‘L’âme des horloges’ – qu’il n’est toutefois pas indispensable d’avoir lu au préalable, mais il m’avait bien plu !
« Slade House » s’inscrit dans la tradition des contes fantastiques, dans la lignée d’Edgar Allan Poe ou encore de Maupassant. Ces versions classiques de récits terrifiques me semblent désormais un peu datées, surtout depuis ma découverte de l’exceptionnel roman d’Alain Damasio, ‘Les furtifs’.

Extraits de « Slade House »

Ecoutez la lecture de la première page du livre :

« Dans ma tête, tout s’agite : Chloe Chetwind ? Norah Grayer ? La même personne ? Comment c’est possible ? Comment ? Et les portraits ? Pourquoi ? Pourquoi amener un inspecteur de la brigade criminelle dans son lit? Pourquoi lui faire grimper des escaliers, où, nécessairement, il remarquerait les portraits ? Ca n’a aucun sens. »

« …La vache, j’en salive tellement c’est bon. Chocolat noir, noisettes, rhum et raisins secs. Je suis sur le point de m’attaquer à une deuxième part quand de nulle part surgit un Action Man blond aux yeux bleus, bronzé, et musclé sous ses vêtements noirs moulants qui vient me demander avec un accent australien vingt-quatre carats : ‘On se serait pas croisés au concert de Morrissey ? ‘ Je m’en serais souvenue. »

« Les séances de spiritisme battaient leur plein, à l’époque; les Conan Doyle et consorts prétendaient même que c’était une discipline scientifique, alors vous voyez. Bien entendu, les gredins prêts à tirer profit de cet engouement ne manquaient pas, mais grâce à Norah et Jonah, les Chetwynd-Pitt savaient qu’au moins certains phénomènes parapsychiques étaient authentiques. D’ailleurs, Lors Chetwynd-Pitt avait fait venir plusieurs médiums à Ely pour tenter de convoquer les esprits de leurs défunts garçons, mais aucun ne s’avérait posséder de véritable don, et à chaque espoir déçu, la santé mentale de Lady Albertina en prenait un coup. »

2 réflexions sur “Slade House (David Mitchell)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s