Nevada (Laure de Clermont-Tonnerre)

affiche du film nevada de laure de Clermont tonnerre

« Nevada » est le premier long-métrage de Laure de Clermont-Tonnerre, qui a choisi de montrer les effets bénéfiques des programmes de réhabilitation de prisonniers, basés sur le domptage de chevaux sauvages, dans certaines régions des Etats-Unis. Le propos est intéressant, mais du fait d’une réalisation un peu conventionnelle, le film manque de souffle.

L’histoire

Mutique, Roman Coleman n’aime pas les gens. Enfermé dans une prison du Nevada, il broie du noir, jusqu’au jour où il est sélectionné pour un programme de ‘réhabilitation’. Des chevaux sauvages sont capturés, puis amenés au pénitencier pour être apprivoisés et dressés par les prisonniers, avant d’être revendus aux enchères. Roman commence ainsi à prendre soin de ‘Marquis’, mais ses pulsions violentes peuvent revenir et lui nuire à tout instant.

Mon avis sur « Nevada »

Matthias Schoenaerts incarne Coleman, force brute, visage impassible, jusqu’à ce que tous les coups encaissés, tous les remparts dressés contre le passé, toute la violence exprimée laissent enfin la place à une parole embuée d’émotions. Car Roman en domptant son cheval apprend aussi à se contrôler lui-même, et à louvoyer dans la meute des bagnards. Loin de tomber dans le pathos, le film, presque à la manière d’un documentaire, montre ces hommes et le lien avec les chevaux qui, imperceptiblement, se construit, jusqu’à trouver son apogée dans la très belle scène de ‘cavalcade’, juste avant la vente aux enchères. L’histoire est simple et belle, mais le scénario est un peu trop prévisible. Inspiré d’une réalité sur laquelle la réalisatrice a longuement enquêté, le film peine a sortir de la description pour trouver un tempo, développer une dramaturgie qui emporte vraiment le spectateur dans une autre dimension.

Poursuivre la déambulation

Bien sûr, on pense immédiatement à ‘L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux’ de et avec Robert Redford – qui est d’ailleurs producteur exécutif de « Nevada ».
De nombreux réalisateurs français se lancent dans ‘l’aventure américaine’, et j’avais partagé avec vous mon enthousiasme pour ‘Les frères Sisters’ de Jacques Audiard, un film adapté du roman éponyme de Patrick DeWitt – avec de l’aventure, de l’humour, du rythme !

Extraits de « Nevada »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s