Le récidiviste (Alain Fleischer)

Livre le récidiviste d'Alain Fleischer

« Le récidiviste » est le dernier roman d’Alain Fleischer, publié au Seuil. Figure classique des romans noirs, le ‘récidiviste’, parfois rebaptisé ‘serial killer’, prend ici un tout autre visage, et suscite une réflexion sur le temps, linéaire, circulaire ou accidenté. Les ‘premières fois’ sont ainsi appelées à se reproduire, mais faut-il préférer l’expérience originelle ou ses avatars ultérieurs ?

L’histoire

Un écrivain, Léo, doit se rendre à Budapest pour interroger un vieil homme reclus, Laszlo Kovacs, connu pour avoir commis trois meurtres, sans mobile apparent. Sur la route, il est forcé de s’arrêter à Brno en Moravie, où il imagine croiser le ‘jeune Léo’ qu’il était à l’âge de seize ou dix-sept ans. Finalement arrivé à destination, il rencontre, dans le petit train qui le mène à son rendez-vous avec Kovacs, une jeune fille un peu farouche qui le fascine immédiatement, et qu’il baptise instinctivement ‘Dora’.

Mon avis sur « Le récidiviste »

« Le récidiviste » est un texte exigeant, qui débute sur une longue méditation, presque incantatoire, suite à la rencontre du narrateur avec son ‘double’ surgi du passé. Les formules répétitives induisent une sorte d’état d’hypnotique pour le lecteur, et l’on se demande un peu si l’on parviendra à sortir de cette boucle temporelle. Heureusement, la trame réserve quelques rebondissements, et s’épanouit dans le temps ou dans l’espace, de façon presque cinématographique, menant les principaux protagonistes (Léo, Laszlo et Dora) sur un chemin partagé. Si je n’ai pas vraiment apprécié le passage ‘pornographique’, j’ai en revanche beaucoup aimé la ‘confession’ de Laszlo. Alain Fleischer nous incite à mener ce même travail introspectif sur les événements marquants de notre vie, et le fil qui les relie; mais on appréciera aussi la dimension métalittéraire de cet ouvrage, et les références à la musique (composée elle aussi de reprises, répétitions, thèmes et variations). Enfin, « Le récidiviste » pose la question de la culpabilité; l’accident peut être pardonné, mais comment juger la répétition d’un acte jugé immoral, et pourtant pleinement assumé par ceux qui le commettent ?

Accédez au site de l’éditeur : Le récidiviste, Seuil
Découvrez une autre chronique à propos de ce livre sur le blog : En attendant Nadeau

Poursuivre la déambulation

D’Alain Fleischer, j’avais lu et beaucoup apprécié il y a quelques années ‘Les angles morts’, mais aussi ‘Immersion’, deux romans qui présentent de troublantes similitudes avec « Le récidiviste », notamment cette confusion de repères dans le temps et dans l’espace.
La ville de Budapest exerce une vive fascination sur ses visiteurs. C’est le cas de José Costa, le personnage principal du roman ‘Budapest’ de Chico Buarque, le célèbre musicien brésilien devenu écrivain.

Extraits de « Le récidiviste »

Ecoutez la lecture de la première page du livre :

« La prolongation d’une aventure restée inachevée n’est-elle pas prioritaire, obligeant à tout reconsidérer, et la cicatrice du temps ne peut-elle être rouverte pour qu’elle se referme mieux jusqu’à parvenir à s’effacer ? Mais d’un autre côté ne faut-il pas une première fois, ne faut-il pas que du nouveau et de l’inédit adviennent pour que puisse advenir une seconde fois et s’ouvrir le règne délicieux du recommencement ?  »

« Au début, il faut deux corps pour que l’un soit appelé par le désir de l’autre, et réciproquement, désir de vie ou de mort, désir de donner la douleur ou la volupté. Je sais, je reconnais, que Dora ne désire rien de cela, qu’elle ne connaît rien : elle est à ce moment de sa vie, face à un passage obligé dont elle me voit – dont je me vois, me revois – le passeur. »

« Je devine que si vous essayez de comprendre les motivations de la récidive, c’est que vous cherchez à vous connaître vous-même, récidiviste à votre manière. Mais détrompez-vous, ce n’est ni vous ni moi qui sommes récidivistes. C’est le monde qui récidive. C’est plus précisément notre monde, notre vieux monde, le seul monde : c’est l’Europe qui récidive. C’est elle qui nous oblige à récidiver, à recommencer les mêmes crimes, en réponse aux mêmes crimes. Ne désobéissez jamais à l’injonction intérieure de recommencer ce que la vie vous apporte de meilleur, quand c’est le monde autour de vous qui recommence ses turpitudes, et trouve de nouveaux prétextes pour justifier la même infamie. »

Une réflexion sur “Le récidiviste (Alain Fleischer)

  1. Pingback: #PartageTaVeille | 13/06/2019 – Les miscellanées d'Usva

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s