Préhistoire – Une énigme moderne (Centre Pompidou)

affiche de l'expo préhistoire une énigme moderne au centre pompidou

L’exposition « Préhistoire – Une énigme moderne » vient de démarrer au Centre Pompidou. Elle met en regard l’émergence du concept de ‘préhistoire’ suite aux découvertes scientifiques de la fin du XIXème et du début du XXème siècle, et la façon dont les artistes les plus réputés se sont emparés de cette ‘matière’ nouvelle pour l’intégrer dans leurs créations.

L’histoire

C’est à la fin du XIXème siècle que l’idée d’un temps long, d’une ‘préhistoire’ remontant aux origines de l’humanité a commencé à faire son chemin. L’art pariétal découvert dans les grottes (Alta Mira 1879, Lascaux 1940, Chauvet 1994) a de tout temps émerveillé le grand public, mais il a aussi grandement inspiré des artistes, tout au long du XXème siècle, et encore aujourd’hui. Le parcours de l’exposition est à la fois chronologique et thématique, montrant côte à côte des sculptures, gravures paléolithiques, puis des pierres taillées ou polies néolithiques, et des œuvres d’artistes modernes ou contemporains, parmi lesquels Picasso, Miro, Louise Bourgeois, Lucio Fontana, Joseph Beuys, Marguerite Humeau, Miquel Barcelo…

Mon avis sur l’expo « Préhistoire – Une énigme moderne »

Le fil rouge étant la préhistoire, l’ensemble des pièces, malgré leur grande diversité, présente tout de même une réelle homogénéité. On découvre des œuvres contemporaines, avec une perspective totalement différente, tant leur ‘parenté’ avec l’art pariétal se révèle subitement évidente. La rencontre avec la ‘Vénus de Lespugue’ (-23 000 ans) suscite une émotion puissante, avant l’apparition de la ‘Vénus du gaz’ (1945) de Picasso, et un peu plus loin, des statuettes de Marguerite Humeau (2018) . Le ‘galet gravé de traits obliques et perpendiculaires’ (-22 000 ans) trouve un écho lointain dans le ‘Concetto Spaziale’ de Lucio Fontana. J’ai beaucoup aimé aussi ‘Le grand Verre de Terre’, une impressionnante fresque sur verre réalisée par Miquel Barcelo.
Au-delà du plaisir esthétique, l’exposition invite également à une réflexion très actuelle et presque philosophique sur le temps et la place de l’être humain dans l’univers ; le choix des thématiques (‘hommes et bêtes’, ‘gestes et outils’, ‘la caverne’), illustrées par des citations d’artistes, est tout à fait pertinent, et débouche sur des problématiques contemporaines, telle l’extinction (ou la mutation) des espèces.

Poursuivre la déambulation

En sortant de la visite, peut-être aurez-vous envie de vous replonger dans ‘La Guerre du feu ‘ de J-H Rosny aîné, paru en 1909, ou de revoir le film (éponyme) de Jean-Jacques Annaud, sorti en 1981. Dans son dernier roman, ‘Un monde à portée de main’, Maylis de Kerangal situe une partie de son histoire autour des grottes de Lascaux, et évoque la reproduction des merveilles découvertes sur les parois des cavernes, afin de les préserver d’une inéluctable détérioration.

Extraits de « Préhistoire – Une énigme moderne »

« Il s’agit tout simplement de comprendre que les temps qui courent ne sont rien d’autre que la préhistoire de la prétendue ère atomique et que les hommes modernes se trouvent dans les mêmes conditions de terreur des faits matériels que les hommes du Paléolithique… » Giuseppe Pinot-Gallizio ( 1902-1964)

tableau d'Yves Klein anthropométrie sans titre

A gauche : Cumul I de Louise Bourgois – A droite : Vénus du gaz de Pablo Picasso –
En bas : Anthropométrie sans titre d’Yves Klein

2 réflexions sur “Préhistoire – Une énigme moderne (Centre Pompidou)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s