Qui a tué l’homme-homard? (J.M.Erre)

qui a tué l'homme-homard de JM Erre, éditions buchet chastel

On nous signale que J.M. Erre vient de commettre chez Buchet Chastel un nouveau roman : « Qui a tué l’homme-homard ? ». Pastiche désopilant des polars les plus noirs, ce livre érige l’humour en défense contre les maux contemporains, et illustre bien le propos de Beaumarchais : ‘Je me presse de rire de tout, de peur d’être obligé d’en pleurer’.

L’histoire

Bienvenue à Margoujols ! Margoujols, charmant petit village de Lozère, est le théâtre d’une série de meurtres abominables. C’est d’abord l’homme-homard qui y passe, un type passablement misanthrope et que tout le monde détestait. La maréchaussée est convoquée sur place: l’adjudant Pascalini et son adjoint ont recours pour l’enquête aux services de Julie, la fille du maire, qui, lourdement handicapée, perchée sur un fauteuil roulant hi-tech, voit dans ces événements la matière d’un futur roman policier dont elle serait l’auteure.

Mon avis sur « Qui a tué l’homme-homard? »

L’imagination de J.M. Erre ne connaît aucune limite, et sa plume alerte embarque le lecteur dans des univers ou des situations absurdes et hilarantes. Cette fois-ci, nous voici confrontés à une fine équipe d’êtres difformes, sœurs siamoises, homme-élastique, et j’en passe, vestiges d’un cirque ambulant qui s’est arrêté là. La galerie des habitants de Margoujols, ultra-connectés et fort enclins à collaborer avec la police à l’heure de l’apéro, vient compléter ce dispositif.
La disruption vient de l’idée de confier la parole à cette jeune fille polyhandicapée, qui précisément ne peut s’exprimer que par l’entremise d’une voix électronique, dont elle s’amuse à varier les intonations, pour surprendre ses interlocuteurs. On pense bien sûr à Stephen Hawking ou encore à Jean-Dominique Bauby, l’auteur du best-seller ‘Le Scaphandre et le Papillon’, des êtres a priori condamnés au silence.
Mais Julie refuse tout forme d’apitoiement sur son sort ; elle jette sur tout ce petit monde et sur sa propre existence un regard sans concession, lucide et vitriolé, et de plus disserte sur les événements en jugeant de leur effet narratif, empruntant ainsi aux codes du roman policier ET aux circonvolutions du méta-roman.
On pourrait gloser à l’infini sur le regard porté sur les êtres ‘différents’, l’impact des séries télé et des réseaux sociaux sur les communautés, ou la réhabilitation de la bête du Gévaudan…Mais là n’est pas le propos de J.M. Erre, qui, me semble-t-il, a construit ce pastiche loufoque d’abord et avant tout pour se donner la liberté de jouer avec les mots, les clichés, les procédés d’écriture.

Lien vers le site de l’éditeur (et la vidéo de l’interview de J.M.Erre lors de l’émission La Grande Librairie) : Qui a tué l’homme-homard ? , Buchet Chastel
Retrouvez une autre chronique à propos de ce livre, sur le blog : Encore du Noir !

Poursuivre la déambulation

N’hésitez pas à vous précipiter sur les autres opus de J.M. Erre: ‘La fin du monde a du retard’ ou ‘Le grand n’importe quoi’ ne vous décevront pas si vous avez aimé ‘L’homme-homard’. Avec leurs personnages outrés, presque caricaturaux, ces farces évoquent aussi par certains côtés le cinéma de Bruno Dumont, je pense à la mini-série policière ‘Le P’tit Quinquin’ par exemple.
La force de caractère et l’auto-dérision de Julie face à son infirmité rappellent l’énergie et la volonté dont font preuve les deux éclopés de ‘L’île aux troncs’ de Michel Jullien
…l’un des meilleurs romans que j’ai lus ces derniers mois.

Extraits de « Qui a tué l’homme-homard? »

Ecoutez la lecture de la première page du livre :

« Je vous mets mal à l’aise en disant des choses pareilles ? C’est normal, en tant que CSP+ qui persiste à lire des livres alors qu’elle a trois cent cinquante chaînes à disposition dans sa box, vous êtes une personne bien éduquée, humaniste, sensible à la misère humaine, qui donne sans doute tous les ans pour le Téléthon. Et moi, je suis un monstre. »

« Avant de tuer quelqu’un, je lui offrais la possibilité de choisir lui-même la victime suivante que je m’engageais à éliminer quoi qu’il puisse m’en coûter en frais de déplacement. Ainsi, j’accordais un dernier plaisir au futur défunt en lui donnant la certitude qu’un de ses pires ennemis le suivrait dans la tombe. Maigre consolation peut-être, mais j’ai souvent perçu dans les yeux de mes victimes une lueur de gratitude. »

« Ou bien une raclure d’humanisme collée au fond de son bidet mental l’avait-elle retenu par rapport à mon handicap ? Non à la discrimination ! Je veux être insultée comme tout le monde, c’est une question de respect ! #RadasseSurRoulettes. »

2 réflexions sur “Qui a tué l’homme-homard? (J.M.Erre)

  1. Pingback: Une vie de homard (Erik Fosnes Hansen) | Cornelia

  2. Pingback: J.M. Erre – Qui a tué l’homme-homard ? | Sin City

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s