Alto Braco (Vanessa Bamberger)

alto braco de vanessa bamberger aux éditions liana levi

« Alto Braco » est le second roman de Vanessa Bamberger, chez Liana Levi; il a remporté le prix France Bleu/Page des libraires. C’est un texte riche, qui tisse des liens serrés entre passé et présent, entre les terres de l’Aubrac et les bistrots parisiens, unis par les liens familiaux, réunis par le pouvoir convivial de la nourriture partagée.

L’histoire

Brune a été élevée par sa grand-mère, Douce, et se grand-tante, Granita, au-dessus du café-restaurant tenu par les deux femmes. A la mort de Douce, Brune et Granita retournent sur le plateau de l’Aubrac, leur terre d’origine, pour l’enterrement. Brune découvre alors une nature d’une beauté époustouflante, mais aussi la réalité de la vie et des choix des éleveurs, loin de ses a priori de ‘parisienne’ coupée de la terre – et les anciens secrets de famille qui surgissent alors achèvent de la bouleverser totalement.

Mon avis sur « Alto Braco »

« Alto Braco » est un très beau livre sur la transmission, et la nécessité de comprendre sas racines pour pouvoir se construire. Vanessa Bamberger réalise de magnifiques portraits de femmes, que ce soit Brune, la narratrice, ou ses deux grands-mères aux caractères si opposés.
Ode à une région âpre, sauvage, magnifique, ce livre offre également une réflexion sur l’activité de l’élevage aujourd’hui ; sans rentrer dans des considérations trop techniques, le panorama se dessine peu à peu: au loin, les injonctions de ‘l’Europe’, au cœur, les choix des éleveurs d’adopter des techniques plus ou moins modernes, et puis le passage des bêtes ‘à l’international’, sans oublier, côté consommateurs, les clivages entre amateurs de ‘bonne viande’, acheteurs de steak haché en supermarchés et végans radicaux.
Etonnamment, Vanessa Bamberger parvient à conserver un parfaite cohérence de ton, pour ce récit multi-facettes, qui mêle avec une grande délicatesse l’histoire individuelle au destin collectif, et même opère un rapprochement hardi entre l’homme et la bête, ou plus précisément entre ces femmes de l’Aubrac et…les vaches !

Lien vers le site de l’éditeur (avec les critiques presse) : Alto Braco, Liana Levi
Découvrez aussi une autre chronique à propos de ce livre, sur le blog motspourmots : ICI !

Poursuivre la déambulation

J’aime beaucoup les portraits de ‘vieilles dames indignes’, ces femmes qui malgré leur grand âge et leur vulnérabilité, gardent un esprit rebelle; c’était le cas de Lucia, l’héroïne de « Lucia et l’âme russe » de Vertlib, ou encore de Manushe, dans « Le courage qu’il faut aux rivières » d’Emmanuelle Favier, deux livres dont je vous ai déjà parlé.

Extraits de « Alto Braco »

Ecoutez la lecture de la première page du livre :

« Les vieux éleveurs, c’est une race à part, tu sais. Prêts à tuer père et mère pour vingt mètres carrés de pelouse. A bénir le bon Dieu le matin et embrasser le cul du diable le soir. Cette terre qu’il se disputent, certains ne la respectent pas. Pierrot, c’est un des pires. Il dit qu’il ne met pas d’engrais mais parfois, quand il pleut, ça mousse. »

« Depuis mon arrivée sur le plateau, je ne pouvais m’empêcher de comparer hommes et bovins. Il n’y avait finalement pas grande différence entre les deux, du moins pas à l’avantage des premiers. Ce que l’éthique, la morale nous dissuadait de faire aux hommes, pourquoi admettions-nous de le pratiquer sans aucun état d’âme sur les bêtes ? »

« A mon arrivée sur le plateau, je connaissais à peine la différence entre une vache allaitante et une vache laitière, le lisier et le fumier, j’étais incapable de distinguer une bête d’une autre, une étable d’une autre, et maintenant je m’apprêtais à donner des leçons d’élevage. J’étais bien la petite-fille d’Annie Rigal. »

Une réflexion sur “Alto Braco (Vanessa Bamberger)

  1. Pingback: Sorcières (Mona Chollet) | Cornelia

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s