Dérangé que je suis (Ali Zamir)

dérange que je suis de Ali Zamir aux editions le tripode

« Dérangé que je suis » est une pépite de l’auteur d’origine comorienne Ali Zamir, aux éditions Le Tripode. Outre les aventures rocambolesques du narrateur, vous découvrirez une exploration inédite, poétique et tendre de la langue française, ‘d’une beauté sans pareille’ – tout comme la femme mystérieuse dont l’apparition va bouleverser la vie du héros.

L’histoire

‘Dérangé’ qu’ils l’appellent : le narrateur est un pauvre docker arrimé au port de Mutsamudu aux Comores, qui transporte sur son chariot les paquets des voyageurs qui débarquent. La concurrence est vive. Un beau jour, une femme merveilleuse lui demande de convoyer un nombre astronomique de colis. Dérangé est forcé de passer un accord avec les Pipipi, un trio de gugusses peu fréquentables, pour honorer la commande.

Mon avis sur « Dérangé que je suis »

« Dérangé que je suis » agrège tous les ingrédients du conte : une princesse sublime mais inaccessible, des brigands hauts-en-couleur, et un héros au cœur pur qui a le chic pour se fourrer dans des situations…inconfortables. Le récit, truffé d’anecdotes savoureuses et de rebondissements inattendus, est rehaussé par un style très original, ponctué de mots inusités. L’ensemble est empreint d’un humour tout en finesse, et le lecteur en vient à s’attacher pour de bon à Dérangé, dont les vêtements en guenilles cachent un cœur d’or et une solide philosophie de l’existence.

« Dérangé que je suis » a remporté le prix Roman France Télévisions 2019.
Lien vers le site de l’éditeur : Dérangé que je suis, Le Tripode
Découvrez une autre chronique à propos de ce livre, sur le blog de Zazy : ICI !

Poursuivre la déambulation

Tous ceux qui apprécient les jeux de langage auront remarqué que Dérangé se fait fréquemment traiter de ‘tardigrade’, ce qui n’est pas une insulte fréquente – on pourrait en lancer la mode ! Pour en savoir plus (ou pas) sur ce petit animal attachant, lisez ‘Tardigrade’ de Pierre Barrault, un texte vraiment désopilant !
De même, l’expression ‘dérangé que je suis’ revient régulièrement tel un clin d’oeil tout au long du texte, un peu comme ‘je suis le genre de fille’ dans le roman éponyme de Nathalie Kuperman.
A ceux qui aiment l’exotisme et le voyage, je propose une courte traversée des Comores à Mayotte, où se déroule le nouveau roman d’Eugène Ebodé, ‘Le balcon de Dieu’, qui propose une toute autre vision, bien plus sombre, de la vie sur ces îles.

Extraits

Ecoutez la lecture de la première page du livre (le héros n’est alors pas très en forme) :

« La liberté, c’est comme une femme avec les jambes d’une gazelle. On l’aime à mourir mais on commet cette erreur de chercher aussi à s’en emparer. Il suffit de sentir son ombre faire jour. On court vers elle. On commence par lui conter fleurette avec toute sorte de singeries. On ne cesse point de tourner autour d’elle. C’est ça. On s’épuise à courir la prétentaine jusqu’à se faire griller et à flamber complètement. »

« Ce n’est pas ma spécialité, la gueuserie. Il y a même des gueux qui n’hésitent pas à paraître sous l’espèce d’un pou affamé pour vous dire qu’ils n’ont rien à se mettre sous la dent et qu’ils sont dans la panade, alors qu’ils ont des magasins et des champs fertiles dans leur village. Voilà le hic, il y en a qui font semblant d’être aveugles pour vous aveugler vous-mêmes jusqu’à vous faire tomber par terre comme un sac vide et vous piétiner. Oui, pour vous faire mordre à l’appât puis vous faire griller. »

« L’astre de la nuit brillait à ravir sur nos têtes illuminées et le ciel était majestueusement diamanté jusqu’aux entrailles. Cela donnait envie de partir, de partir loin de ce monde plein de fange où tout perd sa valeur et devient objet matériel, où l’objet matériel se fait idolâtrer beaucoup plus que l’être humain et où l’humanité au milieu du tout et du néant ne pèse point un grain. »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s