Wildlife – une saison ardente

affiche française du film 'Wildlife, une saison ardent'. Carey Mulligan et Jake Gyllenhaal se regardent mal à l'aise - au fond des nuages ocres et un ciel très bleu
Wildlife – quand Carey Mulligan et Jake Gyllenhaal se regardent en chiens de faïence…

« Wildlife – Une saison ardente » est le premier film de Paul Dano, qui a été présenté lors de la cérémonie d’ouverture de la Semaine de la Critique à Cannes en 2018. Le jeune réalisateur, dont le scénario s’inspire d’un roman de Richard Ford, nous présente une famille douloureusement distendue, aux Etats-Unis, dans les années 60.

« Wildlife », histoire de famille

La famille Brinson vient de déménager dans le Montana : le père, Jerry, perd son emploi et se retrouve dans un état dépressif, avant de prendre la décision de quitter (temporairement) le domicile familial pour aller combattre les feux de forêts en temps que pompier. La mère, Jeannette, voit dans ce départ une trahison; après la tristesse, vient le temps de la reconstruction. Quant au fils, Joe, il observe tout cela, tente de donner un coup de main, et se fait engager comme assistant par le photographe local.

Mon avis sur « Wildlife »

Pour un premier film, « Wildlife » fait preuve d’une grande maîtrise du cadre et de l’image. L’actrice Carey Mulligan crée la surprise en campant magnifiquement le personnage de Jeannette, cette jeune épouse rangée qui vit une seconde adolescence avant de se métamorphoser en femme libérée, mutine, séductrice, sous les yeux éberlués de son fils. Dès lors, l’équilibre traditionnel est bouleversé, l’adolescent n’étant plus en position d’exprimer les tensions et turbulences usuelles à son âge. J’ai beaucoup aimé aussi la prestation de Jake Gyllenhaal, tout en sobriété.
Le parti-pris étant de présenter l’histoire du point de vue subjectif de Joe, les gros plans sur le visage de Ed Oxenbould se multiplient (un peu trop), et donnent confusément l’impression que Paul Dano scrute son propre visage adolescent à travers la caméra. Souvenez-vous de son rôle d’ado mutique dans ‘Little Miss Sunshine’ ! Mais dans « Wildlife », Paul Dano, devenu réalisateur, ne laisse de place ni à l’humour ravageur, ni à la tragédie dévastatrice. Il brosse le portrait doux-amer d’une famille qui se délite presque malgré elle, comme si elle était destinée au naufrage depuis toujours.

Si vous avez aimé « Wildlife »

Je vous ai récemment parlé du livre « Les Furies » de Lauren Groff, qui raconte aussi la lente décomposition d’un couple (sans enfant), du point de vue de l’homme, puis de celui (sensiblement différent) de la femme. Retrouvez cette chronique ici : https://bit.ly/2OFRgfW

Extraits de « Wildlife »

Carey Mulligan conduit la voiture, le visage crispé ; son fils est assis à côté, de profil
Carey Mulligan porte une robe très décolletée, elle danse en souriant
Jake Gyllenhaal, devant sa maison dans le clair-obscur ; il a l'air triste.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s