Lettre d’une inconnue***

Lettre inconnue - affiche

L’adaptation pour la scène de « Lettre d’une inconnue » de Stefan Zweig est pour la troisième saison consécutive à l’affiche de la Folie Théâtre. Seule en scène, Laetitia Lebacq porte ce texte exigeant avec grâce et talent. Elle est tout simplement bouleversante…le jury des P’tits Molières 2018 a été lui aussi conquis , puisqu’il vient de lui attribuer deux prix : ‘Meilleure Scénographie’ et ‘Meilleure comédienne’!

L’histoire

L’inconnue est une mère folle de douleur après la perte de son enfant emporté par la grippe à l’âge de onze ans. Elle écrit à son ancien amant, un écrivain, l’amour de sa vie, et lui livre sa version de leur histoire: fascinée en secret par cet homme qu’adolescente, elle épiait sans relâche, l’inconnue est forcée de s’en éloigner, mais inlassablement elle revient, pour croiser son chemin, tenter de le séduire et d’éveiller en lui la passion qu’elle-même ressent, au plus profond de son cœur, de son corps.

Et je vous laisse découvrir les tenants et les aboutissants, rien ne sert de…divulgâcher !

Pourquoi le voir

Sur scène, Laetitia Lebacq est sidérante : elle restitue ce magnifique cri d’amour en incarnant tout à tour l’adolescente en proie à ses fantasmes, la femme amoureuse, éperdument, la mère désespérée. Sa voix vibre, elle danse, elle est mutine, elle est colère, elle est passion…de ce tourbillon d’émotions, de cette énergie incroyable naît un portrait de femme où chacune peut-être se reconnaîtra.
Metteur en scène, Laetitia Lebacq fait aussi preuve d’une grande créativité pour mieux servir le texte. L’espace est divisé en deux par un voile léger qui sert aussi d’écran par moments, et qui délimite le présent – temps de la confession, du désespoir, de la folie peut-être – et le passé – temps des attentes et des illusions – . La voix de l’aimé lisant la lettre vient parfois se superposer à celle de la comédienne, comme un écho, un symbole d’un dialogue impossible. Les jeux de lumières viennent compléter ce dispositif méticuleux: sur la petite scène de la Folie Théâtre, tout a été soigneusement pensé, organisé, pour capter les spectateurs et les emmener loin, bien loin, au plus profond de la psyché et du désir féminin.

Poursuivre la déambulation

Stefan Zweig est un auteur dont on ne se lasse pas, et dont les textes sont fréquemment présentés au théâtre : on voit ainsi régulièrement renaître sur les planches ‘Vingt-quatre heures de la vie d’une femme’, ‘Amok’ ou ‘Le joueur d’échecs’; en ce moment à Paris, on joue ‘Le monde d’hier’ aux Gémeaux, ‘La légende d’une vie’ au théâtre Montparnasse et ‘La Peur’ au théâtre Michel !
Je voudrais aussi vous recommander la BD ‘Les derniers jours de Stefan Zweig’ de Sorel et Seksik, chez Casterman – où l’on partage les tourments de l’écrivain, réfugié au Brésil avec sa femme Lotte, pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Extrait

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s