Le monstre des Hawkline***

P_20181105_092858

« Le monstre des Hawkline » est l’un des onze romans écrits par Richard Brautigan, auteur américain et figure emblématique de la ‘beat generation’. Dans sa version originale, l’ouvrage est sous-titré ‘A gothic western’, ce qui le définit parfaitement: on démarre avec un récit qui emploie tous les codes du western, avant de virer subitement dans l’univers du fantastique et du gothique – un procédé typique de Brautigan qui a toujours aimé dé-construire les styles littéraires.

L’histoire

Greer et Cameron sont deux tueurs, recrutés par une séduisante Indienne appelée Magic Child, pour effectuer une mystérieuse mission sous les ordres de Miss Hawkline. Les voici donc partis pour un long voyage à travers les Etats-Unis, de San Francisco à l’Oregon, en train, en diligence, à cheval, vers les ‘Dead Hills’…et la chasse au monstre.

Et je vous laisse découvrir les tenants et les aboutissants, rien ne sert de…divulgâcher!

Pourquoi le lire

Voici un tout petit roman composé de minuscules chapitres, truffé de pépites humoristiques, qui se lit rapidement et même gaillardement : les rebondissements étranges et burlesques se succèdent, l’irrationnel s’en mêle…mais les personnages réagissent en conservant toujours une sorte de bonhommie, un bon sens qui les préserve de la panique et de l’effroi. Les dialogues sont savoureux, les situations rocambolesques. Je me demande si ce récit n’est pas finalement une sorte de fable initiatique sur la nécessité pour l’individu de se détacher des légendes et injonctions familiales afin de pouvoir construire sa vie et aller de l’avant.

Poursuivre la déambulation

Evidemment la présence de ces deux tueurs embarqués dans une épopée tragi-comique et confrontés à l’irrationnel m’a immédiatement fait penser aux ‘Frères Sisters’, dont j’avais chroniqué récemment le livre et le film (par ICI !)
Comme pour d’autres membres de la Beat generation, l’œuvre de Brautigan a été une source d’inspiration pour d’autres artistes : ainsi on ressent son influence dans le roman de Thomas B.Reverdy, ‘Les évaporés’, où sont aussi cités des extraits de ses poèmes.
En BD, le ‘Monstre des Hawkline’  a été librement adapté sous le titre ‘Big Foot’, en 3 volumes chez Futuropolis, par Nicolas Dumontheuil, avec Ned et Zeb dans les rôles principaux – les noms sont changés, mais Zeb, alias Cameron, a conservé sa passion pour les chiffres !

Extrait

« Depuis qu’elle était entrée dans le bordel pour transformer leurs vies, elle n’avait pas prononcé cent paroles. Et aucune de ces paroles ne précisait ce qu’ils devaient y faire, sinon d’aller dans le Central Country pour y rencontrer une certaine Miss Hawkline qui leur dirait seulement alors ce qu’ils devraient faire pour gagner les cinq mille dollars. »

« Ils atteignirent finalement quelque chose d’humain. Une tombe. Cette tombe se trouvait juste à côté de la route, un simple tas de cailloux couverts de fiente de vautours. Une croix en bois était plantée dessus. La tombe était si près de la route qu’il fallait presque en faire le tour.
– Enfin un peu de compagnie, dit Greer. »

« – Oui, il serait temps d’aller faire la chasse au monstre, dit Greer. Après tout, nous sommes ici pour ça.
– Oui, c’est ce que nous allons faire, dit Cameron. Et puis après, il faudra trouver ce qui provoque tous ces incidents bizarres. Je n’avais encore jamais vu un homme enterré dans une valise. »

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s