Jean-Michel Basquiat / Egon Schiele**

Basquiat Schiele - affiche

La fondation Louis Vuitton présente actuellement et jusqu’au 14 janvier 19 des œuvres de Jean-Michel Basquiat et Egon Schiele, deux artistes réunis par une concordance de dates et de chiffres: tous deux sont morts dans leur vingt-huitième année, l’un en 1918, l’autre en 1988. Au-delà de ces coïncidences troublantes, c’est une même ‘fureur de vivre’ qui les animait, et se traduit dans leurs toiles par une grande intensité dramatique, une sorte d’urgence créative prolifique et débridée.

L’histoire

La section dédiée à Schiele (1890-1918) comprend une centaine d’œuvres, dont beaucoup d’aquarelles ou gouaches sur papier. Si ‘Danaé’ rappelle à bien des égards l’influence de Klimt, l’artiste exprime ses propres souffrances et son mal-être au travers de nombreux portraits, comme l’émouvant ‘Garçon debout en chemise à rayures’ (1910) ou encore le ‘Jeune garçon au manteau vert’ ; on frémit devant le ‘Nu masculin, assis vu de dos’, sorte de vision prémonitoire effrayante des survivants des camps. Et que penser de sa série d’autoportraits, qui mettent en évidence un caractère torturé, à l’exception peut-être du fameux ‘Autoportrait au coqueret’ (1912) où il semble enfin résigné, affichant une moue méditative.

La part réservée à Jean-Michel Basquiat est significativement plus importante, beaucoup de ses tableaux sont des grands formats. On attaque avec une impressionnante série de trois ‘crânes’ (à moins qu’il ne s’agisse de masques, ou de portraits ?) datant du début des années 80. Puis l’exposition se déroule selon diverses thématiques, mais on retrouve toujours une forte cohérence entre les œuvres, marquées par les mêmes obsessions (les luttes de la communauté afro-américaine, la musique, l’histoire, la mort, les légendes) , et les mêmes procédés graphiques (collages, listes, couronnes, graffitis). La collaboration de Basquiat avec Andy Warhol est soulignée (ils auraient co-signé pas moins de 150 œuvres !). On termine sur un tableau tout à fait singulier dans l’œuvre de Basquiat et là encore, prémonitoire, ‘Riding with Death’ (1988) – un fond neutre, une silhouette rouge sang chevauchant le squelette d’un cheval – vision glaçante et bouleversante.

Pourquoi le voir

On pourrait saluer la démarche originale, voire audacieuse et ambitieuse de la Fondation avec ce ‘lot scotché’ de deux expos. De mon point de vue, si le rapprochement entre ces deux artistes reste cohérent intellectuellement, leurs univers graphiques sont néanmoins extrêmement différents, et par conséquent, il m’a été très difficile de passer de l’un (Schiele…zut, déjà fini ?) à l’autre ( Basquiat…quoi, encore un étage ?), d’autant plus que je ne suis une grande adepte ni de l’un, ni de l’autre. L’expression de la souffrance humaine, qu’elle soit intériorisée (avec Schiele) ou extériorisée (avec Basquiat) m’a touchée profondément, et a infusé chez moi une angoisse latente qui a un peu bloqué l’émotion esthétique. J’ai été d’autant plus déçue que j’avais été vraiment emballée par l’expo Basquiat au musée d’Art Moderne de la ville de Paris en 2010. Mon conseil pratique : prévoyez peut-être une large plage horaire pour votre visite, et prenez le temps de faire un bonne pause entre les deux expos !

Poursuivre la déambulation

En marge de ces expositions, la Fondation Vuitton organise divers événements tout à fait prometteurs: ainsi, le 23 novembre, sera projeté le film ‘Downtown 81’, dont le principal protagoniste est Basquiat – séance accompagnée d’une bande-son jouée en live par James Chance (autre protagoniste du film); le 15 décembre, Pierre Ducrozet propose une lecture de son ouvrage ‘Eroica’ consacré à Basquiat, avec accompagnement musical ; enfin, sachez que la Fondation organise des nocturnes chaque premier vendredi du mois, durant lesquelles un certain nombre d’animations sont prévues, qui permettent de découvrir avec un œil encore différent ces expositions.

Extrait

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Une réflexion sur “Jean-Michel Basquiat / Egon Schiele**

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s