Les complémentaires***

P_20180819_123333

« Les complémentaires » est l’un des derniers romans de l’auteur danois Jens Christian Grondahl, paru en France en 2013. Le rouge et le vert présents sur la couverture, couleurs complémentaires, sont aussi les couleurs des drapeaux danois et pakistanais, qui dans le livre inspirent une installation vidéo évoquant le choc des cultures, et peut-être des générations. La création artistique permet ainsi de transmettre les idées, et par les réactions qu’elle suscite peut même bousculer l’ordre établi.

L’histoire

David et Emma sont mariés depuis de nombreuses années et vivent à Copenhague. D’origine anglaise, Emma a suivi son époux au Danemark, et a renoncé à ses ambitions artistiques, se consacrant à l’éducation de leur fille, Zoë, elle-même devenue étudiante aux Beaux-Arts. Or Zoë veut présenter à ses parents son petit ami pakistanais, Nabeel. Un dîner est organisé, au cours duquel le malaise se répand insidieusement. Mais c’est lorsque Zoë convie ses parents au vernissage de son installation vidéo que les liens familiaux, subitement, se distendent.

Et je vous laisse découvrir les tenants et les aboutissants, rien ne sert de…divulgâcher !

Pourquoi le lire

Ce roman dissèque de façon subtile et presque imperceptible la dissolution d’un équilibre familial, suite à une série d’évènements qui fait craquer le vernis des habitudes. Chacun va devoir replonger dans son passé, exhumer son ‘moi’ authentique, tenter des expériences, sortir des sentiers battus, et c’est seulement au terme de ce parcours presque initiatique que se dessine une nouvelle carte des relations au sein de la famille. J’ai trouvé très fine l’analyse psychologique des personnages, et j’ai apprécié cette intrigue concentrée, qui aborde avec sobriété le thème de la mixité culturelle et religieuse. Le style est fluide, sans fioriture. J’ai refermé le livre avec l’envie de découvrir d’autres ouvrages de cet auteur, même s’il manque ce petit grain de folie ou de fantaisie qui d’ordinaire réveille mon enthousiasme et mon appétit pour la littérature !

Poursuivre la déambulation

Profitons-en pour faire une petite incursion dans la littérature danoise, avec tout d’abord Karen Blixen, connue pour son récit autobiographique ‘La ferme africaine’ (magnifiquement adapté au cinéma avec Meryl Streep et Robert Redford). Mais connaissez-vous aussi les ‘Sept contes gothiques’, son premier livre publié en 1934 sous le pseudo Isak Dinesen ?
Beaucoup plus récent, ‘L’été infini’ par Madame Nielsen (chez Notabilia) est un très beau texte, magnifiquement écrit, sur l’adolescence et l’identité.

Extrait

« Il vit sa fille, mais comme dans un film en accéléré où une fleur pousse et s’ouvre en quelques secondes, tandis que les brins d’herbe papillonnent sous un vent électrique. Comme s’il voyait toutes les vidéos d’elle qu’il avait faites, mais à une vitesse telle qu’il n’apercevrait que le mouvement, Zoë se levait, portant une couche, après avoir démonté une poupée, et l’instant d’après elle se baissait vers lui et lui faisait la bise, coiffée d’un béret noir. »

« La peinture et son monde devinrent un espace imaginaire où il y avait enfin de l’air et du calme, où personne ne s’imposait avec ses pleurs, ses silences et ses myalgies. »

« Si elle lui avait jeté à la figure qu’elle avait été bloquée en tant qu’artiste parce qu’elle l’avait suivi au Danemark, il aurait pu se défendre. Il aurait dit que c’était son choix et que, contrairement à tant d’artistes, elle avait bénéficié des conditions les meilleures puisqu’elle n’avait pas eu besoin de penser à l’argent. Mais elle n’avait rien dit et, par son silence, elle avait endossé la responsabilité de n’avoir pas réussi. Le silence était pire que toutes les récriminations, que sa pudeur résignée. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s