Le papillon ***

P_20180721_084738« Le papillon » est le premier roman d’Andrus Kivirähk, un auteur estonien déjà un peu connu en France où ont été déjà publiés par le Tripode ‘L’homme qui savait la langue des serpents’ et ‘Groseille’. Initialement destiné à devenir une histoire du théâtre estonien, ce texte a finalement évolué vers la forme romanesque – et le résultat est un petit bijou de poésie, de délicatesse et de fantaisie.

L’histoire

Le narrateur, August Michelson, est tombé dans le monde du théâtre un peu par hasard. Il choisit d’y rester, car il se sent bien au sein de la troupe du théâtre Estonia, à l’abri du ‘chien’ qui rôde et du fracas du monde – et puis il succombe au charme infini d’Erika, qu’il surnomme le papillon, et qui sera sa partenaire de jeu, et de vie, pendant quelques trop brèves années.

Et je vous laisse découvrir les tenants et les aboutissants, rien ne sert de…divulgâcher!

Pourquoi le lire

Ce sont en quelque sorte des ‘mémoires d’outre-tombe’ puisqu’August Michelson l’annonce dès le début du livre : il est mort. Il se sent donc parfaitement libre de raconter son histoire comme il le souhaite, et ne se prive pas de souligner qu’ayant toute sa vie navigué aux frontières de la fiction et de la réalité, il ne garantit pas l’absolue véracité du récit. Il n’hésite pas non plus à faire intervenir des personnages fantastiques, à l’image de ce chien, sourde menace et incarnation de la mort. Erika elle-même semble sortie d’un conte; évanescente, un peu naïve, elle est ce papillon merveilleux et fugace, l’étincelle de vie et de beauté, la petite et grande âme qui vient illuminer toute la troupe. Mais au travers de Michelson, l’auteur nous livre aussi une réflexion sur le théâtre, dédiant un chant d’amour à ce théâtre ‘Estonia’, fragile radeau de paix et de fraternité dans un pays en proie à la violence et à l’oppression.

Poursuivre la déambulation

Le théâtre Estonia existe donc vraiment, il a été érigé en 1910, et pour en savoir plus, il vous suffit de cliquer ICI
L’Estonie est un tout petit pays frontalier de la Russie, qui a subi de nombreux traumatismes au siècle dernier. Ainsi la romancière finlandaise Sofi Oksanen raconte dans ‘Purge’ la relation âpre entre une jeune femme et sa grand-tante, avec en toile de fond l’Estonie dans la seconde moitié du XXème siècle. ‘Quand les colombes disparurent’, un autre de ses livres (moins réussi à mon avis), reprend cette thématique des individus pris dans les tourments de l’histoire à Talinn. Au cinéma, j’avais été sidérée par le film ‘Crosswind’ de Martti Helde, qui montre la déportation de centaines de milliers d’Estoniens par Staline, à partir de 1941.
Pour finir sur une note plus joyeuse, et revenir au théâtre, je vous recommande aussi le film ‘Les Ogres’ de Léa Fehner (avec Adèle Haenel), où l’on suit une troupe en tournée dans le sud de la France: attention film foutraque, personnages déjantés, énergie illimitée…

Extrait

« Lorsqu’il disparut à la guerre, je mourus avec lui. Ne demeura qu’un petit vieux, un portemanteau auquel on suspendait de temps à autre des habits prétentieux et qui prononçait sur scène les mots mis par l’auteur dans la bouche d’un duc ou d’un baron, car il n’avait plus de mots à lui, il n’avait plus rien à dire depuis qu’on lui avait enlevé, pour toujours, la possibilité de dire ‘mon fils' ».

« Tandis que nous célébrions nos noces, que nous veillions sur le berceau et qu’en plus de cela, toujours et avant tout, nous jouions sur la scène de l’Estonia, le reste du monde écumait autour de nous et projetait des larmes partout, sauf à l’intérieur des murs du théâtre. »

« A l’époque, j’étais très fier de mon état de comédien, affranchi du monde inexpressif et banal qui m’entourait, fier de vivre comme planant au-dessus de la terre, dans une citadelle à laquelle aucune rue ne donnait accès et où régnaient les rêves et l’imagination. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s