UAM, Une Aventure Moderne**

UAM-affiche

UAM, kesako?! L’exposition ‘UAM, une aventure moderne’, au centre Pompidou actuellement et jusqu’à fin aout, présente un ensemble de réalisations des membres de l’association UAM, l’Union des Artistes Modernes, qui a été créée en 1929, a perduré pendant presque 30 ans, et marqué durablement la création artistique et les arts décoratifs, en France, et dans le monde.

L’histoire

Il paraît aujourd’hui à peine croyable que ce mouvement soit resté méconnu, alors qu’il a rassemblé un grand nombre d’artistes et de créateurs talentueux, dont seuls les plus illustres sont cités sur l’affiche de l’exposition. L’UAM est née d’une recherche de syncrétisme entre les pratiques artistiques, et regroupe une grande variété de corps de métiers : décorateurs, architectes, maîtres verriers, sculpteurs, etc, coopèrent afin de créer des espaces d’habitation homogènes, placés sous le signe de la modernité, de la simplicité, de la fonctionnalité – avec en outre une visée sociale et internationale, à l’opposé de l’art traditionnel ‘bourgeois’. L’UAM s’illustre ainsi en réalisant les décors extraordinaires du film de Marcel L’Herbier, ‘L’Inhumaine’, en 1923. A partir de 1929, l’association publie son manifeste, ‘L’art international d’Aujourd’hui’, en 18 volumes, chacun préfacé par un membre de l’UAM. La seconde Guerre mondiale disperse les artistes, qui ne reprennent leur collaboration qu’en 1945, et contribuent partout en France à l’effort de reconstruction.

Pourquoi le voir

En démarrant la visite, c‘est d’abord l’extrême diversité des œuvres et des artistes qui frappe le visiteur. La scénographie est inhabituelle, puisque de nombreux objets sont présentés ensemble, intégrés dans des alcôves analogues aux pièces d’un appartement. Forcément, on ne peut pas tout aimer, mais pour ma part, j’ai beaucoup apprécié certains papiers peints (Les Digitales, atelier Martine), les luminaires (Plafonnier, Francis Jourdain), les paravents (Paravent à trois feuilles, Paul Poiret), les sculptures, avant de m’extasier sur la ‘Table de libraire’ d’André Hermant. J’ai été stupéfaite de découvrir les affiches et le magnifique travail sur les reliures. Mais le plus spectaculaire est la présentation des projets d’architecture, qui ont donné naissance à des maisons ‘en kit’ (Jean Prouvé) lors de la reconstruction, mais aussi à des villas d’exception, un peu partout en France.

Poursuivre la déambulation

Et donc nous voici partis pour visiter ces fameuses villas, en commençant par la Villa E-1027 dans les Alpes Maritimes, conçue par Eileen Gray. Puis on remonte vers le nord avec un arrêt à Poissy à la Villa Savoye, réalisée dans les années 30 par Le Corbusier, avant de terminer dans les Hauts de France avec la magnifique Villa Cavrois signée Robert Mallet-Stevens.
Si vous vous intéressez à l’architecture, je vous recommande vivement la série de DVD ‘Architectures’ éditée par Arte Vidéo, où vous pourrez découvrir l’incroyable histoire de la ‘Maison de Jean Prouvé’ (vol 4.)…et même les secrets de construction du Centre Pompidou (vol 1.) !

Extrait

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s