Zao Wou-Ki***

Zao Wou-Ki - 5

Le musée d’Art moderne de la ville de Paris propose actuellement et jusqu’en janvier 2019 une exposition d’œuvres de Zao Wou-Ki, peintre d’origine chinoise arrivé en France à l’âge de 28 ans, en 1948. Ami d’Henri Michaux et du compositeur Edgar Varèse, infiniment sensible à la poésie et à la musique, il s’est d’abord coupé de ses racines, recherchant son inspiration dans l’art occidental, avant de renouer des liens avec la Chine dans les années 70. Décédé en 2013, il repose au cimetière de Montparnasse.

« Chinois ? Français ? Orient ? Occident ? La vérité c’est que Zao Wou-Ki n’habite aucun pays, il vit en Zaowoukie depuis de longues années. » (Claude Roy – 1988)

L’histoire

L’exposition est intitulée ‘L’espace est silence’ – un vers de Michaux extrait de son poème ‘Lecture par Henri Michaux de huit lithographies de Zao Wou-Ki’.
Elle s’ouvre sur le magnifique triptyque ‘Hommage à André Malraux’ (1976). On découvre ensuite une série de grands formats abstraits, datant des années 70, où l’énergie créative semble se resserrer au cœur de la toile, avant d’éclater en larges touches colorées jusqu’au bord des tableaux.
Puis on débouche dans une autre salle, dont les œuvres plus tardives (80-2000) témoignent d’une sorte de libération de cette énergie vers des espaces plus aériens et impalpables; ce sont aussi les années de la maturité et Zao Wou-Ki se livre au périlleux exercice de l’hommage aux grands peintres (Monet, Matisse).
Enfin, la dernière salle révèle une ensemble d’encres sur papier, sorte de retour aux sources de la tradition chinoise de la calligraphie.

Pourquoi le voir

J’ai beaucoup aimé la première partie de l’exposition, et la contemplation de ces grands tableaux m’a transportée dans un univers de sérénité, hors du temps et de l’espace. La ‘Traversée des apparences’ (1956) en est un merveilleux exemple.
Il est intéressant de constater que subsistent quelques détails ‘réalistes’ dans ces œuvres dites abstraites. Ainsi, on croira reconnaître au passage des paysages, un cours d’eau où se reflète une abondante végétation, et même parfois des tous petits personnages perdus dans l’immensité (regardez attentivement ‘Hommage à Edgar Varèse’ ou ‘Le Vent pousse la mer’). De même, dans la série des ‘Encres’, avec un peu d’imagination, on croit voir surgir des oiseaux, des silhouettes, d’un ensemble de traits libres et légers.
J’ai été touchée par ‘10.09.72 – En mémoire de May’, où se déploient des gouffres noirs, évoquant la détresse du peintre suite au décès de sa seconde épouse – cette année là, il retourne en Chine pour la première fois depuis près de 25 ans.
En revanche, je n’ai pas apprécié les hommages à Monet et Matisse, je préfère de loin les originaux !

Poursuivre la déambulation

Peut-être serez-vous, comme moi, déçu par la brièveté de l’exposition ! Si vous souhaitez approfondir votre exploration des Encres et Aquarelles, je vous recommande le très beau livre ‘L’encre, l’eau, l’air, la couleur’ publié en 2008 par Albin Michel. Ensuite, vous serez prêts à lire les ‘Cinq méditations sur la beauté’ de François Cheng.
Si vous vous intéressez à la mystérieuse osmose artistique en Orient et Occident, j’en profite pour vous signaler aussi l’exposition Foujita au Musée Maillol, jusqu’au 15 juillet. En 1913, ce peintre alors âgé d’une trentaine d’années a quitté son Japon natal pour venir lui aussi exercer son art à Paris. On retrouve d’ailleurs l’une de ses œuvres dans les collections permanentes du Musée d’Art Moderne, que vous pourriez avoir plaisir à parcourir, après votre incursion dans ‘L’espace’ de Zao Wou-Ki.

Extrait

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une réflexion sur “Zao Wou-Ki***

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s