Les rois d’Islande **

P_20180603_154517« Les rois d’Islande » d’Einar Màr Gudmunsson vient de remporter le prix Littérature-Monde au festival Etonnants Voyageurs. Ayant été privée de festival cette année pour cause de grève SNCF, je me console en découvrant ce roman, qui nous emmène par delà les mers, dans le trépidant bouillonnement généalogique de la famille Knudsen.

L’histoire

Les rois d’Islande, ce sont les membres du clan Knudsen, dont la saga pourrait, comme dans les Mille et une nuits, s’étirer à l’infini tant elle est riche de personnages hauts en couleur, de péripéties savoureuses et de paroles légendaires. On suit principalement les destins d’Astvaldur, le patriarche ‘pêcheur de génie, capitaine de bateau et armateur’, et de son fils Arnfinnur, qui part étudier à Reykjavik et revient enseigner dans l’école de la petite ville de Tangavik, la cité des rois d’Islande.

Et je vous laisse découvrir les tenants et les aboutissants, rien ne sert de…divulgâcher !

Pourquoi le lire

Le narrateur est un élève d’Arnfinnur, qui raconte avec un mélange d’humour et de candeur les faits marquants de la vie des Knudsen, et de leur entourage, sans se soucier le moins du monde de la chronologie. On navigue ainsi entre le XVIIIème et le XXème siècle, de Tangavik à Copenhague en passant par Reykjavik, sur les traces d’une bonne vingtaine de personnages, tous affublés de noms et prénoms islandais, la palme de l’exotisme patronymique revenant à Sigtryggur Knudsen. Le lecteur est ainsi totalement perdu au bout de quelques dizaines de pages, et il faut donc accepter de se laisser porter par le flot des histoires, suivre l’ascension des uns et la déchéance des autres, sourire à l’évocation souvent acerbe de la gent politique islandaise, saisir des bribes du passé de ce pays et de ses relations souvent tumultueuses avec ses voisins nordiques.

Poursuivre la déambulation

Avant de passer à d’autres réjouissances islandaises, je vous offre en exclusivité un document précieux (qui s’ouvre sous powerpoint), l’indispensable Arbre généalogique des Knudsen! J’espère qu’il n’y a pas d’erreur, seuls les principaux Knudsen sont indiqués, je vous laisse vous dépatouiller avec les autres personnages !
Au fil du livre, certains auteurs islandais sont cités, il est question par exemple de Gudbergur Bergsson, dont j’avais chroniqué en février dernier le livre ‘Il n’en revint que trois’.
Je n’ai pas encore mentionné l’alcoolisme frénétique et destructeur d’un grand nombre de personnages masculins, en cela ils se rapprochent de leurs cousins américains, héros de fiction dézingués par la boisson, Exley  dans ‘Le dernier stade de la soif’ ou ‘Karoo’ de Steve Tesich.

Extrait

« Une nation qui, jadis, croyait aux elfes et aux fantômes ne jure plus que par les indicateurs financiers et les courbes d’inflation. On peut même hypothéquer les poissons qui nagent dans la mer et emprunter sur leur dos. Le système économique sombre dans l’ésotérisme, la magie envahit le réel, peut-être faut-il même parler de réalisme magique.
Or, quand le sens de l’humour se perd, tout devient dérisoire. »

« Il n’y a rien d’étonnant à ce que quelques idiots se soient invités dans la lignée, et le fait qu’on les porte aux nues en Islande n’est pas une nouveauté car, comme disait le patriarche Astvaldur Knudsen, qui n’avait aucune retenue dans son vieil âge: « C’est en l’idiot que réside le cerveau de la nation. », ce à quoi on pourrait ajouter qu’elle les tient également au plus près de son cœur. »

« Certains reconnaissaient pourtant que la prose de Porhallur s’inscrivait dans un courant littéraire plus vaste. Ils citaient des noms étranges qu’on lisait parfois dans les journaux et magazines, comme James Joyce et Samuel Beckett. Gudjon, secrétaire de la mairie de Tangavik, marié à Kristin Knudsen, père adoptif d’Olafur Knudsen et père de Harald Knudsen, se mêla de l’affaire en déclarant dans un article : ‘Nous, qui vivons à Tangavik, n’avons nul besoin de franchir les limites de notre ville pour trouver notre littérature.' »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s