BettieBook ***

P_20180602_164201

« BettieBook » est le quatrième roman de Frédéric Ciriez aux Editions Verticales, qui a été rédigé suite à un travail réalisé en coopération avec des étudiants en master 2 Métiers du Livre de Nanterre, sur ‘la critique littéraire envisagée comme une écriture de création à part entière’. Tout un programme !

L’histoire

Stéphane Sorge est un critique littéraire quelque peu désabusé ; en multipliant les activités et piges pour divers médias, il peine à joindre les deux bouts. Lorsqu’on l’envoie enquêter sur le phénomène des ‘booktubeuses’, il rencontre Bettie, une jeune femme épanouie, qui gagne sa vie dans un salon de bronzage et s’éclate en publiant ses vidéos pendant ses loisirs. Sur sa page d’accueil figure une petite souris qui boulotte un livre, comme une invitation à jouer au chat et à la souris – et voici justement Tom et Jerry qui entrent en scène…

Et je vous laisse découvrir les tenants et les aboutissants, rien ne sert de…divulgâcher !

Pourquoi le lire

On assiste au choc des cultures entre le monde littéraire ‘traditionnel’ légèrement sclérosé et le petit univers bouillonnant et incontrôlable du 2.0. Stéphane, le narrateur, en découvre les règles, les codes et le vocabulaire. On est dans une optique toujours binaire, forcément un peu caricaturale, mais absolument hilarante : l’argent versus la notoriété, Paris versus Melun, Le Monde des Livres versus Youtube, Tom versus Jerry, etc…Frédéric Ciriez s’amuse visiblement beaucoup à changer de registre au fil des quatre parties du roman (intitulées Money, Ideology, Compromise, Ego – M.I.C.E formant l’épilogue). Quant au lecteur, il jubile face à cette vision décapante d’un secteur en pleine mutation, où se débattent les deux protagonistes; les situations loufoques se multiplient, et peu à peu, les pièces du puzzle se mettent en place pour créer un véritable suspense.

Poursuivre la déambulation

En découvrant la genèse de ce livre, j’ai repensé au film ‘L’atelier’ de Laurent Cantet, sorti fin 2017, dans lequel Marina Foïs campe Olivia, une romancière venue animer un atelier d’écriture avec des jeunes à la Ciotat. Dans ce film, le rapport trouble entre Olivia et le jeune Antoine, issus de deux mondes qui d’ordinaire jamais ne se croisent, renvoie à la danse de séduction-attraction-répulsion entre Stéphane et Bettie.
Le style varié de BettieBook, notamment dans la quatrième partie ‘juridique’, m’a aussi rappelé certaines séquences du roman d’Yves Pagès ‘Encore heureux’ que j’avais chroniqué il y a quelques mois…On comprend bien pourquoi Yves Pagès, qui est aussi à la tête de la maison d’édition Verticales, a été séduit une nouvelle fois par la prose de Frédéric Ciriez.

Extrait

« A ses débuts, il éprouvait un malin plaisir à ne chroniquer que des livres de crashs aériens dans TGV Magazine. »

« Elle me dit : ‘Tu n’aimerais pas écrire un roman et arrêter tes articles que personne ne lit ? J’en parlerais sur BettieBook.’ Je lui dis : ‘Oui, j’aimerais écrire le roman noir de la critique littéraire.' »

 » « Attention la Toile, les booktubeuses arrivent et font le buzzzz! On est nombreuses et on sait ce qu’on veut. On est là et on nous délogera jamais de la maison des Livres! On est une, puis on est deux, on se multiplie comme les petites souris partout où il y a du texte à grignoter. On est les lectrices d’aujourd’hui, au plus près des fans qui nous kiffent. On est le nouveau monde! » Elle s’arrête puis me demande : « C’est ça un manifeste? » « 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s