Les larmes de Saint Laurent ***

P_20180516_082007 (2)

« Les larmes de saint Laurent » est le second roman de l’auteure québécoise Dominique Fortier, paru en 2010 aux éditions Alto. Préparez-vous à un voyage poétique dans l’espace et dans le temps ! Le livre est découpé en trois histoires, et s’instaurent entre elles des liens ténus, jusqu’à ce que la clé nous en soit révélée, à la toute dernière page.

L’histoire

Baptiste Cyparis est l’unique survivant de l’éruption de la montagne Pelée, à la Martinique, en 1902. Devenu ‘le Revenant de l’Apocalyse’, il rejoint un cirque itinérant…
A la même époque, le mathématicien anglais Edward Love vit en accord parfait avec Garance, une musicienne. Ils partent tous deux en voyage à Pompéi.
De nos jours, à Montréal, une jeune femme promène tous les jours des chiens sur le Mont Royal. Là,elle fait connaissance avec un garçon un peu étrange qui lit des ouvrages sur les volcans, et construit des ‘inukshuks’…

Et je vous laisse découvrir les tenants et les aboutissants, rien ne sert de…divulgâcher !

Pourquoi le lire

J’ai été littéralement transportée par les 80 premières pages, qui racontent la catastrophe survenue le 8 mai 1902, qui a causé la mort de trente mille personnes; on y perçoit l’aveuglement égoïste du pouvoir colonial en place, et l’on suit les déboires de Cyparis (qui, tel Jean Valjean, vole des chandeliers !). Dominique Fortier excelle dans les descriptions de la nature, des relations humaines, et essaime ses trois récits de thématiques communes, d’indices récurrents permettant de tisser une toile romanesque aérienne et poétique, délicate et émouvante. J’ai découvert avec stupéfaction qu’Augustus Edward Hough Love, le mathématicien, a bel et bien existé, et conçu une théorie intitulée joliment Love Waves…comme d’ailleurs la dernière partie du livre.

Poursuivre la déambulation

Dans son magnifique documentaire ‘La Soufrière’, datant de 1976, Werner Herzog évoque la destruction de la ville de Saint Pierre en Martinique en 1902, avant de poser sa caméra à Basse-Terre, dans un village déserté par ses habitants, abandonné aux chiens devenus des fantômes squelettiques, alors qu’au loin gronde le volcan.
J’ai découvert les ‘Larmes de saint Laurent’ lors de ma visite sur le stand ‘Québec’ au Salon du Livre Paris. Je vous signale deux autres livres, publiés également chez Alto, ‘Marée montante’, premier roman bouleversant de Charles Quimper, et ‘L’impureté’ de Larry Tremblay.

Extrait

« Les assis et les debout se dévisagèrent dans un silence où flottaient des famines, des suggestions de brioches, la menace de guillotines. »

« Pendant un automne et un hiver, il vécut la nuit, passant des heures solitaires à épier le cours des astres qu’il transcrivait, à l’aube, sur de grandes feuilles qu’il remplissait ensuite de notes et d’observations, s’absorbant des semaines entières dans des équations interminables dont il n’aimait rien tant que de mettre au jour la fondamentale et éclatante simplicité, couvrant pour ce faire des feuillets complets de sa délicate écriture où les d, les p, les q et les b ressemblaient à des notes échappées de quelque symphonie tandis que les g, les j et les y rappelaient les inflorescences des arbres au printemps. Souvent, après avoir rempli un feuillet, l’avoir retourné pour écrire à l’envers entre les lignes déjà tracées, il chiffonnait rageusement le papier avant de recommencer aussitôt sur une nouvelle feuille vierge, sans se lasser jamais ni se décourager, assuré qu’un jour lui viendrait ce qu’il cherchait et tentait de découvrir à tâtons dans les ténèbres qui baignaient le plus souvent son esprit où, de temps en temps, une brève fulgurance laissait apercevoir la forme de ce à quoi il avait travaillé sans le savoir depuis des semaines et qui se présentait maintenant à lui pleinement formé, comme un oiseau qui sort de sa coquille. »

Une réflexion sur “Les larmes de Saint Laurent ***

  1. Pingback: L’impureté*** | Cornelia

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s