Valet de Pique ***

Valet de Pique« Valet de pique » est l’un des derniers romans de Joyce Carol Oates, auteure américaine prolifique s’il en est, qui a reçu des brassées de prix prestigieux, sauf un : le prix Nobel de littérature. Comme le jury du prix s’est auto-dissous dans les eaux troubles du mélodrame cette année, ne pourrait-on pas décréter entre nous, gens de bonne compagnie, humbles lecteurs anonymes, tranquillement, joyeusement, que le prix Nobel de Littérature 2018 est décerné à…(suspense)…Joyce Carol Oates !

L’histoire

Le narrateur, Andrew J. Rush est un écrivain à succès, appliqué, consensuel, et plutôt conformiste; il vit avec sa femme Irina une existence bien réglée. Qui pourrait deviner que derrière A.J. Rush se dissimule en fait ‘Valet de Pique’, un auteur mystérieux qui envoie ses tapuscrits sulfureux de façon anonyme, et horrifie ses lecteurs avec des récits qui feraient passer Stephen King pour un mièvre auteur de bluettes ? Or voici que l’irréprochable A.J.Rush est poursuivi en justice par une vieille folle, C.W. Haider, qui l’accuse de plagiat. Totalement stressé par cette situation, il laisse le Valet de pique prendre progressivement possession de son esprit, et dicter ses actes.

Et je vous laisse découvrir les tenants et les aboutissants, rien ne sert de…divulgâcher !

Pourquoi le lire

Vous aurez compris que je suis une fan inconditionnelle de Joyce Carol Oates, ce qui biaise très certainement un peu mon jugement. Dans le « Valet de Pique », on assiste à une montée inexorable du suspense et de l’angoisse, à la manière d’un véritable thriller. En invoquant à de multiples reprises la figure de Stephen King, la romancière vient chatouiller la réalité pour mieux nous emmener dans les courants sinueux de son imaginaire. Laissant la parole à Andrew J. Rush, elle nous laisse épouser son point de vue avant de dévoiler la réalité monstrueuse de cette double personnalité complexe et redoutable, et par là-même, soulève la question de la normalité, des apparences mensongères. Le personnage principal étant écrivain, les livres ont bien entendu une place de choix dans l’intrigue, avec de multiples références littéraires, et l’éternel mouvement pendulaire de symbiose entre vie et fiction. Bref, on se régale, c’est diablement efficace et bien mené !

Poursuivre la déambulation

Parmi les romans de Joyce Carol Oates, j’ai adoré, pour leur côté vénéneux : ‘Petite soeur, mon amour’, ‘Les chutes’, ‘Bellefleur’, ‘Nous étions les Mulvaney’, et ‘Mudwoman’. Ses recueils de nouvelles sont également excellents. Pour mieux cerner son oeuvre, je vous recommande bien entendu le Cahier de l’Herne qui lui est consacré !
Alors, quelle est la recette de Joyce Carol Oates pour produire autant d’œuvres d’une qualité toujours exceptionnelle ? Pour tenter de percer le mystère, j’ai lu son ouvrage ‘La foi d’un écrivain’, où elle confie ses réflexions sur l’inspiration, le processus de création, la mémoire, en s’appuyant sur des exemples précis. Ainsi, elle commente la nouvelle de Tchékov, ‘La dame au petit chien’ – un texte que j’ai donc déniché (chez Folio), englouti, et savouré…quel bonheur de lecture !

Extrait

‘Les romans du Valet de Pique se terminaient de façon plus cruelle, parce que plus primitifs. Le mal y était trop débordant pour que tout pût être proprement nettoyé et, généralement, tout le monde mourait, ou, plutôt, était tué. Je n’avais souvent aucune idée de la façon dont se terminerait un roman du Valet de Pique avant l’ultime chapitre, qui m’arrivait dessus tel un véhicule fou.’

‘Je décidai d’emporter Glowering, son livre publié à compte d’auteur. Elle ne s’en apercevrait certainement pas, étant donné qu’elle en avait cinq ou six autres exemplaires, et dans le genre bizarre, c’était une vraie pièce de collection !’

‘Mais à présent que j’étais là, dans ce lieu interdit, je ne pus m’empêcher de chercher sur les étagères, avec ma lumière laser, un autre titre que je convoitais : le volume de Dracula, que je savais être une première édition signée par Bram Stoker.
Je désirais tant ce livre ! Et cependant…
Prends-le. Vite !
Ne sois pas idiot, tu le mérites.’

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s