Je suis le genre de fille **

je suis le genre de fille

« Je suis le genre de fille » de Nathalie Kuperman est une suite de saynètes, illustrant la vie et les états d’âme d’une femme (mûre) d’aujourd’hui – tous les chapitres, sauf le dernier, commençant par les mots ‘je suis le genre de fille’. Alors je me suis mise au diapason, car moi aussi, ‘je suis le genre de fille’ bien capable de commencer toutes mes phrases par ‘ je suis le genre de fille’. Et toc.

L’histoire

« Je suis le genre de fille » passe en revue un peu tout ce qui fait le quotidien de bon nombre de femmes : les courses, les travaux ménagers, les relations avec les amis, les collègues, les enfants, les ex, et puis, l’usage du téléphone, le départ en vacances, l’hypocondrie ; elle se démène entre ses fêlures intérieures et les tracas minuscules, manque terriblement de confiance en elle, bref, elle ne respire pas vraiment la sérénité.

Et je vous laisse découvrir les tenants et les aboutissants…je suis le genre de fille à éviter de divulgâcher !

Pourquoi le lire

Je suis le genre de fille qui aime bien les trucs un peu intellos ou ardus, et autant vous dire que ce n’est pas le cas de ce roman; mais comme je suis le genre de fille qui adore lire Gala chez le coiffeur, j’avoue que je me suis bien souvent identifiée à cette femme si fragile et désemparée face aux évènements dérisoires de la vie quotidienne, si sensible aux remarques d’autrui. Je suis le genre de fille qui va au bout des choses et je dois vous avouer que la fin de ce roman en apparence tout léger m’a émue et troublée. Je suis le genre de fille qui a une mère et des filles et un ex-mari, alors forcément, cette histoire qui n’est pas la mienne me renvoie un écho lointain de ma vie : indéniablement on ressent de l’empathie et même de l’affection pour ce « genre de fille ».

Rencontre avec l’auteur

Je suis le genre de fille qui adore échanger avec les écrivains, et j’ai donc rencontré Nathalie Kuperman pendant le Salon du Livre à Paris ; voici sa dédicace à Cornelia :

EPSON MFP image

Poursuivre la déambulation

Je suis le genre de fille assez choquée par l’évolution des rapports humains en entreprise et ayant lu il y a quelques années ‘ Nous étions des êtres vivants’ de Nathalie Kuperman, un livre qui m’a laissé un souvenir mitigé : certes, j’ai été sensible au propos et au parti-pris de narration original (témoignages individuels en alternance avec les prises de parole d’un ‘choeur’), mais j’ai trouvé l’ensemble un peu superficiel.
Je suis le genre de fille à me demander pourquoi ‘Je suis le genre de fille’ est dédié à une certaine Mazarine, et s’il s’agit bien de Mazarine P., auteur(e), qui en a d’ailleurs recommandé la lecture dans l’émission ‘Ca balance à Paris’, et dont le dernier livre ‘Magda’, sera bientôt chroniqué sur ce blog !

Extrait

« J’en rêve la nuit, et dans mes rêves, j’oublie toujours l’essentiel, mais je n’arrive jamais à savoir ce que j’ai oublié, je saisis juste que, sans cette chose essentielle, mon séjour va être une catastrophe, un désastre, une calamité. J’ignore la subtilité qui fait qu’une catastrophe n’est pas un désastre qui n’est pas une calamité, mais la percussion des termes entre eux provoque mon réveil, m’oblige à sauter de mon lit, à me tourner vers la valise, et à décider, en pleine nuit, de tout reprendre à zéro. J’en pleurerais d’avouer ça. »

« Tout dans la vie que je vis aujourd’hui m’encourage à croire que je n’ai aucun avenir. J’ai une fille qui n’accepte de se promener avec moi qu’à condition que je marche trois mètres derrière elle, un ex qui souffle d’ennui dès que je m’adresse à lui, un collègue qui me rabaisse plus bas que terre et des tas de gens que je ne connais pas mais dont on m’explique, à la télévision, qu’ils veulent notre mort, donc la mienne.
Il faut que j’oriente ma vie autrement. Mais comment ? »

« On attend minuit avec impatience, pour l’infinie tendresse, la compassion, l’espoir, pour l’année qui arrive et qui risque de ne pas être drôle (là, on est dans le collectif), serrons-nous les  coudes et embrassons-nous, même si on ne se connaît pas. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s