Phantom thread ***

Phantom Thread-affiche

‘Phantom thread’  est le dernier film de Paul Thomas Anderson (réalisateur de ‘The Master’ et ‘There will be blood’) avec Daniel Day-Lewis, Vicky Krieps, Lesley Manville. Le titre, ‘Phantom thread’, littéralement ‘le fil fantôme’, fait référence à l’univers de la haute-couture (le personnage principal étant inspiré de Balenciaga), mais aussi, métaphoriquement, aux fils des destinées humaines, qui empruntent parfois de tortueux chemins.

L’histoire

Reynolds Woodcock est un créateur de mode renommé ; inspiré, perfectionniste, parfois tyrannique, il règne avec arrogance sur un petit monde feutré et suranné de femmes, couturières et clientes, sans oublier sa sœur Cyril, qui l’assiste. Hanté par le souvenir de sa mère, il collectionne les conquêtes, jusqu’au jour où il rencontre Alma, une jeune serveuse, qui devient son modèle et sa muse. Il pourrait la broyer comme les autres, mais Alma est prête à tout pour conserver ses faveurs. Tout ? Oui, tout !

Et je vous laisse découvrir les tenants et les aboutissants, car on n’est pas là pour spoiler.

Pourquoi le voir

Attention, ‘Phantom Thread’ est un objet cinématographique rare; il tire sa singularité de son rythme, très lent, et de son élégance dans le choix des lumières, des couleurs, des mouvements de caméra. Ce sera probablement le dernier rôle de Daniel Day-Lewis, qui avec une froideur superbe, incarne ce créateur totalement investi dans son œuvre. A ses côtés, Vicky Krieps (jeune actrice très prometteuse) et Lesley Manville (vue récemment dans la série ‘River’ sur Arte) déploient une interprétation tout en finesse. Les dialogues sont ciselés, laissant parfois transparaître sous des propos calmes et policés une réelle violence. Et le scénario fait progressivement évoluer les personnages vers une sorte de perversité inattendue et fascinante, créant une véritable tension dramatique dans la seconde moitié du film. Seule la musique est un peu trop présente et un peu trop lyrique à mon goût.

Poursuivre la déambulation

Parce que ‘Phantom Thread’ réalise la symbiose entre l’élégance britannique et un romantisme sombre, avec une esthétique typique des années 50, et une bonne dose de suspense, on pense inévitablement aux films d’Hitchcock, en particulier son adaptation du roman ‘Rebecca’ de Daphné du Maurier. Outre le visionnage du film, je vous recommande vivement la lecture de cet ouvrage, qui a été publié avec une nouvelle traduction chez Albin Michel en 2015.

Extrait

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une réflexion sur “Phantom thread ***

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s