Encore heureux ***

encore heureux

Avec « Encore heureux », Yves Pagès ancre une intrigue policière dans une France qui chemine grosso modo des événements de Mai 68 à l’élection de Mitterrand en Mai 81. Son personnage principal, le dénommé Bruno Lescot, multiplie les bourdes, et se fait vite connaître des services de police; ‘encore heureux’ qu’il puisse compter sur le soutien sans faille de quelques proches : sa grand-mère, son psy, son simili beau-père.

L’histoire

Déjà tout petit, Bruno Lescot avait l’art de se mettre dans des situations délicates. Adolescent frondeur, il se marginalise peu à peu, jusqu’à se trouver impliqué dans un hold-up grandguignolesque, qui coûte la vie à un policier. Pourchassé par les forces de l’ordre, condamné par contumace à la perpétuité, il disparaît, puis réapparaît…il mène une vie de cavale, enchaînant les pieds de nez à l’autorité, et semant derrière lui comme des petits cailloux ses graffiti provocateurs.

Et je vous laisse découvrir les tenants et les aboutissants, car on n’est pas là pour spoiler.

Pourquoi le lire

La structure du livre alterne comptes rendus juridiques, articles de journaux, expertises psychiatriques et auditions de témoins ; et le style du récit, à chaque fois, s’adapte en fonction de ces différentes sources d’information, avec toutefois un point commun : le pas de côté de l’auteur qui transforme subrepticement ces proses ‘officielles’ en ajoutant son petit grain d’humour féroce. Je me suis régalée, car aucun personnage n’en sort indemne, et ils sont nombreux à avoir un jour côtoyé Bruno. Or cet anti-héros, avec ses maladresses, sa naïveté, a le charme des malfaiteurs d’antan; il n’a pas vraiment la classe, mais il a la tchatche, il cisèle ses slogans et peaufine ses croquis. Si les évènements avaient tourné autrement, il aurait peut-être pu devenir concepteur-rédacteur en agence de pub !

Poursuivre la déambulation

Si vous aimez les romans noirs peuplés de personnages un peu décalés, je vous recommande vivement la lecture des romans de Pascal Garnier, par exemple ‘Cartons’, ‘Les hauts du bas’ ou ‘Nul n’est à l’abri du succès’. Si vous êtes adepte des histoires de braquages rocambolesques, direction le cinéma avec la série des Ocean’s, et aussi ‘Logan Lucky’ (sorti en octobre dernier), le tout sous la houlette de Steven Soderbergh .

Extrait

« Fini les cambriolages nocturnes, les tunnels souterrains creusés à grand-peine, ces Rapetou new look aiment à se déguiser en bourgeois, avec perruques, lunettes, hauts-de-forme et costumes-cravates. D’où leur surnom, comme une marque déposée : le Gang des Postiches. »

« Attendu que, si l’on examine sa racine étymologique le mot ‘énergumène’ a beau provenir de deux sources distinctes – soit du latin ecclésiastique (energumenos), soit du grec antique (energoumenos)-, son sens premier revient au même : ‘celui qui est possédé du démon’, d’où un certain abus de langage quant à la qualification des faits reprochés à Bruno dans l’emploi de ce vocable comme le fera remarquer plus tard le professeur à la Sorbonne et père de l’enfant ainsi diffamé, M.Roger Lescot. »

« Cette crise exauce enfin ses vœux, elle va mettre le capitalisme au pied du mur, précipiter sa déliquescence programmée. Mieux encore, elle inaugure la saison des SOLDES MONSTRES, comme il l’avait inscrit au pochoir sur les coffres qui n’avaient pas cédé aux coups de boutoir de ses comparses. »

3 réflexions sur “Encore heureux ***

  1. Pingback: Edition spéciale : déambulations au Salon du Livre… | Cornelia

  2. Pingback: Les déraisons *** | Cornelia

  3. Pingback: BettieBook *** | Cornelia

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s