Les gardiennes ***

les gardiennes affiche

« Les Gardiennes », le nouveau film de Xavier Beauvois, avec Nathalie Baye, Laura Smet et Iris Bry, sort le 6 décembre. Le film s’ouvre sur le vol des oiseaux dans le ciel, le soir ; ils forment le V de la victoire. Or on est en temps de guerre, mais la guerre, on ne la voit pas. C’est un film sur la terre, et le courage des femmes pour s’atteler littéralement aux travaux des champs, en l’absence des hommes, partis pour le front.

L’histoire

Pendant la Première Guerre Mondiale, à la campagne, les hommes ont été mobilisés, et seules les femmes – Hortense, la mère, et Solange, sa fille – restent pour s’occuper de la ferme du Paridier. On manque de bras, et Hortense décide d’embaucher une jeune fille orpheline, Francine. Les saisons passent, parfois les soldats reviennent quelques jours du front ; le temps pour Georges, le fils, de nouer une relation douce, lumineuse,  amoureuse avec Francine. Les hommes ne racontent pas grand chose, et ils repartent dans leur bel uniforme. Et alors on recommence à redouter le passage du messager qui vient donner le nom de ceux qui ne reviendront pas.

Et je  vous laisse découvrir les tenants et les aboutissants, car on n’est pas là pour spoiler.

Pourquoi le voir

Ce film se contemple comme un tableau, il est baigné de lumière et de silence. Les images, tournées en décor naturel, sont magnifiques, très douces, comme les mains des amoureux qui viennent caresser la mousse d’un menhir, comme celles, usées par le labeur, du grand-père. On travaille dur au Paridier, et les paroles sont rares; le spectateur est ainsi emmené vers un état de conscience méditatif, une expérience presque mystique. J’ai aimé le courage de ces femmes qu’on appelle ‘gardiennes’ (du temps ? de la terre ? de la vie ?), et qui pour autant décident l’irruption de la modernité, sous la forme des premières machines agricoles – et l’on découvre Laura Smet, rayonnante, juchée sur un tracteur ! Comme toujours, Nathalie Baye est impeccable, dans son rôle de mater familias et dolorosa. Mais la révélation absolue, c’est Iris Bry (Francine), qui illumine l’histoire de sa présence solaire. Je pourrais toutefois reprocher au film son trop grand classicisme ; ainsi j’ai remarqué que tous les costumes sont d’une propreté et d’une tenue irréprochable, y compris les uniformes des soldats de retour du front (ce qui paraît peu crédible). On note au passage quelques maladresses (l’un des personnages s’exclame : ‘on va pas se mentir’, ce qui paraît un tantinet anachronique). Ces petites imperfections sont vite oubliées, en regard des incontestables qualités esthétiques et dramatiques de ce film.

Poursuivre la déambulation

« Les Gardiennes » est tiré du livre éponyme d’un auteur relativement peu connu, Ernest Perrochon, qui a reçu le prix Goncourt en 1920 avec son roman : ‘Nêne’…l’occasion pour vous peut-être de découvrir cet écrivain, en savourant la langue ‘amidonnée’ du début du XXème Siècle. Mais ce film appelle aussi la lecture de deux très grands romans : d’une part, ’14’ de Jean Echenoz, court récit de guerre d’une centaine de pages, au style étincelant, et d’autre part, ‘Les âmes grises’ de Philippe Claudel, une histoire poignante dont chaque mot vient nous toucher, à l’âme et au coeur.

Extrait

« Elle est orpheline, au moins elle n’a personne à perdre. »

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

3 réflexions sur “Les gardiennes ***

    • Hello Yves ! Merci pour ton commentaire ! J’ai vu aussi ‘Thelma’ de Joachim Trier (que je n’ai pas chroniqué sur Cornelia), avec quelques très jolis plans sur l’opéra d’Oslo ! L’atmosphère de ce film est un peu oppressante, mais si tu as l’occasion d’aller le voir, n’hésite pas. A bientôt !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s