Les sables de l’Amargosa ***

P_20171105_094249

« Les sables de l’Amargosa », premier roman de Claire Waye Watkins, chez Albin Michel, est une belle découverte de cette rentrée littéraire ! Dans cette dystopie riche en rebondissements, l’un des personnages, immense, insaisissable, indomptable, n’est autre que la ‘mer de dunes de l’Amargosa’ – elle se déplace sans cesse et recouvre tout, forçant les membres d’une petite colonie qui vit sur ses flancs, à transhumer pour survivre.

L’histoire

En proie à une extrême sécheresse, l’Ouest des Etats-Unis a été déserté par ses habitants. Tous ? Non, quelques marginaux se terrent encore dans les décombres d’une Californie en lambeaux. Parmi eux, Ray et Luz survivent comme ils peuvent; un beau jour, ils recueillent une toute petite fille malingre et chouinante, qu’ils baptisent Ig. Afin de lui offrir de meilleures conditions de vie, ils décident de traverser le désert, à la recherche d’une colonie de ‘néo-bédouins’, dirigée par un mystérieux sourcier, Lévi Zabriskie.

Et je vous laisse découvrir les tenants et les aboutissants, car on n’est pas là pour spoiler.

Pourquoi le lire

Tout comme les dunes de l’Amargosa, le roman de Claire Vaye Watkins est polymorphe – tour à tour haletant, poétique, mystique, mystérieux, émouvant ! Autour de l’intrigue principale viennent se greffer des ramifications, qui révèlent les multiples talents de l’auteur: roman d’amour fou entre deux êtres, Ray et Luz, qui accueillent Ig dans leur lumière; ouvrage d’anticipation et de mise en garde sur le dérèglement climatique ; visions d’une nature minérale privée d’eau, et dont les couleurs pourtant n’en finissent jamais de vibrer; réflexion sur la manipulation, l’addiction, et le pouvoir de l’image…J’ai beaucoup aimé aussi les passages où Claire Vaye Watkins sort du format classique de la narration, par exemple pour faire témoigner les membres de la colonie, ou nous laisser tourner les pages d’un bestiaire imaginaire, illustré de croquis !

Poursuivre la déambulation

Le patronyme de Lévi est un indice !!! On peut y voir un hommage au film d’Antonioni « Zabriskie Point », dont la seconde partie met précisément en scène un couple isolé dans la Vallée de la Mort. Le contexte post-apocalyptique, et la fuite des adultes avec un enfant, font penser au roman ‘La route’ de Cormac McCarthy  et à son adaptation au cinéma par John Hillcoat avec Viggo Mortensen. Quant au désert de sables, il évoque bien sûr la série de Mad Max ! Côté BD, on relira la série des ‘Jérémiah’ ; plus difficiles à trouver, mais vraiment exceptionnels, je vous recommande ‘Les îles d’Auvergne’ et ‘L’Archipel Ibérique’ d’Imago Sekoya, des carnets d’une époque où la montée des eaux à transformé la Planète Terre en Planète Mer…

Extrait

« Sous toute la légèreté des jeux absurdes, ils remarquèrent quelque chose d’adulte et de dérangeant chez la fillette. Elle touchait. Elle gémissait. Ses paroles sortaient d’un coup puis se rétractaient, suite de progressions et de régressions. (…) Mais elle passait facilement de la colère à la bouffonnerie et à l’affection, son front bombé montrant le chemin. Son torse était tendu comme un ballon, gonflé par quelque pression interne, et quand elle courait, ses bras pâles pendaient comme des reliquats. »

« Quand sa gourde fut à sec, il dit : je te demande pardon, dune de sable, mais je suis venu récupérer ma femme et ma fille. Avec ta permission. Je n’en suis pas à mon premier désert, vois-tu. Je n’en ai pas fini avec ma vie – je dirais que j’en suis à peu près à la moitié.  »

« Cette mer de dunes enflait toujours et comme toute mer qui se respecte elle générait son propre climat. Les versants blancs étincelants surchauffaient le ciel en surplomb, agitant l’air de tourbillons, attirant à eux des ouragans de poussière venue d’aussi loin que le Saskatchewan. Autoperpétuation. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s