Les fantômes du vieux pays ***

P_20170902_093250

On peine à croire qu’il s’agit bien du PREMIER roman de Nathan Hill ! « Les fantômes du vieux pays », ou encore « The Nix » en version originale, est en cours de publication en trente langues ! Scoop : Nathan Hill était présent à la Librairie Shakespeare & Co à Paris 10 Octobre dernier…Prenez le temps de vous plonger à corps perdu dans la lecture de ces 700 pages qui foisonnent de personnages et d’anecdotes, tout en abordant une ribambelle de questions fondamentales.

L’histoire

C’est une poignée de gravillons lancée sur un candidat à la présidentielle américaine en 2011 qui déclenche toute l’histoire. Emballement médiatique. La responsable de ce geste inconsidéré est Faye, et elle risque un sacré paquet d’ennuis judiciaires. En plus, il s’avère qu’elle aurait joué un rôle dans les mouvements contestataires qui ont secoué Chicago en 1968 ; vingt ans plus tard, elle a quitté le domicile conjugal, abandonnant son fils Samuel qui ne s’en est jamais remis. Mais qui est vraiment Faye ? Samuel, en commençant des recherches sur le passé de sa mère, se retrouve pris dans un kaléidoscope, dont il sortira lui aussi transformé…

Et je vous laisse découvrir les tenants et les aboutissants, car on n’est pas là pour spoiler.

Pourquoi le lire

Autant vous dire que l’intrigue m’a tenue en haleine jusqu’à la dernière page, et qu’on ne s’ennuie pas une seconde ! Les personnages principaux et secondaires sont vraiment bien campés, j’ai adoré Pwnage, super-addict aux jeux vidéos, Alice, féministe et aventureuse, Laura, horripilante étudiante ambitieuse et tricheuse…Les innombrables situations, angoissantes ou burlesques, auxquelles nous confronte l’auteur sont autant d’opportunités pour faire émerger des thèmes complexes et récurrents au fil des époques : le pacifisme, l’émancipation féminine, les répressions policières, les collusions entre média et politique, la liberté individuelle, le poids des secrets familiaux – thèmes encore et toujours d’actualité.

Poursuivre la déambulation

Après avoir parcouru les 700 pages de Hill, vous serez bien échauffé pour aborder les 1000 pages de « City on Fire », de Garth Risk Hallberg, autre ‘primo-romancier’ tout à fait sidérant ! J’ai pensé aussi aux très grands romans de Philip Roth, en particulier la « Pastorale américaine » et « La tache », souvenirs de lecture impérissables…et portraits sans concession d’une Amérique aux prises avec ses ‘fantômes’.

Bonus : Rencontre avec l’auteur !

Et voici la splendide dédicace à Cornelia, lors de la présentation de l’ouvrage par l’auteur à la librairie Shakespeare & Co !

EPSON MFP image

Extrait

« Parallèlement, son look semblait une sorte de clin d’œil ironico-branché aux années quatre-vingt : de grandes lunettes de soleil en plastique blanc et un jean super moulant. Le tout formait une sorte de bouillie référentielle mouvante de symboles anachroniques sans connexion logique entre eux, en dehors de leur potentiel élevé de coolitude. »

« Il y a ce genre de moment dans toute vie, un traumatisme qui vous fait voler en éclats, et vous transforme à jamais. Celui-là était le sien. »

« Douze mois complets de discours en boucle, de bourdes, d’annonces, d’attaques et de stupidité, de stupidité atroce, à la lisière de la stupidité immorale. Comme si tous les quatre ans les informations perdaient soudain tout sens de la perspective. Des milliards de dollars seraient ensuite dépensés pour accomplir ce qui était déjà inévitable – l’élection tout entière se retrouverait entre les mains d’une poignée de grands électeurs du comté de Cuyahoga, dans l’Ohio. Le système électoral le voulait ainsi. Démocratie ! Hourra !  »

« Parfois, ce que nous essayons d’éviter est moins la douleur que le mystère. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s