Out ***

out-kristof-affiche

Premier long-métrage de György Krystof, « Out » est un film à la fois réaliste et onirique, qui vous emmène depuis la Slovaquie, jusqu’en Lettonie, en compagnie d’un héros un peu mutique, mais attachant ! Vous aussi, partez sur ses traces, et laissez-vous envahir par l’atmosphère si particulière de l’Europe de l’Est !

L’histoire

Suite à son licenciement, Agoston, qui vit en Slovaquie, quitte sa femme et sa fille pour trouver du travail en Lettonie. Après des heures de voyage en bus, il découvre la mer pour la première fois, et le voici embauché temporairement sur un chantier naval; mais son truc, c’est la pêche. Ses pérégrinations l’emmènent toujours plus loin ; en chemin, il rencontre toutes sortes de personnages plus (ou moins) loufoques.

Et je vous laisse découvrir les tenants et les aboutissants, car on n’est pas là pour spoiler.

Pourquoi le voir

Il y a dans ce film un savoureux mélange de réalisme et de fantaisie : le réalisme vient du contexte dans lequel est plongé le personnage principal ( chômage, exclusion par les autochtones l’accusant de leur voler leur travail, barrière de la langue…) ; la dimension poétique naît de toutes ses rencontres un peu surréalistes et souvent amplement arrosées de vodka (on verra un lapin empaillé prénommé Lev, une femme affreusement botoxée, des hommes à poil dans un bar,…). J’ose écrire que l’acteur principal, Sandor Terhes, a quelque chose de George Clooney dans sa manière d’exprimer une certaine auto-dérision lui permettant d’accepter et finalement d’orienter son destin. Enfin, la photo, les couleurs, le cadre sont très maîtrisés, que ce soit pour filmer la mer, les chantiers navals ou d’infimes détails du décor.

Poursuivre la déambulation

Le traitement esthétique du film et son rythme m’ont vraiment rappelé certains films d’Ari Kaurismäki, comme « L’homme sans passé », « le Havre », ou plus récemment « L’autre côté de l’espoir ».
On entend dans le film plusieurs langues d’Europe de l’Est, et sur ce thème, je vous recommande la lecture du formidable roman ‘Epépé’ de Ferenc Karinthy (paru chez Zulma), l’histoire d’un éminent linguiste d’origine hongroise qui se retrouve par hasard dans un pays dont il ne comprend ni la langue, ni l’écriture.

Extrait

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s