Visages Villages ***

visages_villages_affiche_final

Ce film est le fruit de la rencontre ‘improbable’ entre Agnès Varda et JR. Présenté au Festival de Cannes en sélection officielle hors compétition, il a obtenu l’Œil d’or du meilleur documentaire.

L’histoire

C’est d’abord l’histoire d’une collaboration qui se transforme en amitié, entre une cinéaste reconnue et un jeune artiste contemporain. Et ce duo part à son tour à travers la France : l nous emmène à la découverte de petits coins tranquilles et reculés en France, à la rencontre de personnes simples et émouvantes, qui se prêtent de bonne grâce à l’objectif du photographe, avant de découvrir leurs portraits géants en Noir et Blanc sur les murs de leur commune, leur usine, leur grange…

Pourquoi le voir

A l’heure où l’on parle souvent de fractures et de communautarisme, il se dégage de ce film beaucoup d’émotion, de poésie, je dirais même une sensation de paix, une atmosphère de réconciliation générale, entre les générations, les classes sociales, les vivants et les morts, les présents et les absents. La musique de Mathieu Chédid vient sobrement rythmer le voyage. Les deux complices ne se contentent pas de partir au hasard, ils s’engagent personnellement dans le projet, en convoquant leurs proches ou leurs amis disparus. Leur course éperdue dans le Louvre vient en contrepoint de leur itinéraire, qui en toute liberté amène l’art là où il n’est d’ordinaire pas convié.

Poursuivre la déambulation

Ce film rappelle évidemment le documentaire de Raymond Depardon « Les Habitants », sorti en 2016, dans lequel le réalisateur faisait le tour de France des petites villes, en invitant des personnes choisies au hasard dans la rue à venir dialoguer de tout et de rien dans son ‘studio-caravane’.
J’ai découvert le travail de JR dans une galerie à New York. De retour en France, j’ai trouvé le magnifique livre « The Wrinkles of the City – Havana Cuba » de JR et José Parlà, chez Damiani. Leur projet consistait à photographier des personnes âgées, qui ont vécu la Révolution Cubaine et apportent ici leurs témoignages souvent poignants, et à reporter leurs photos en format géant sur les murs lézardés de la ville.

Extrait

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s