Le Hollandais Volant ***

P_20170619_094852 (2)Si vous vous intéressez à la littérature russe, n’hésitez pas à découvrir ce texte tout à fait original de Youri Maletski, publié par la discrète et très élégante maison d’édition Louison, et préfacé avec maestria par Eric Naulleau.

L’histoire

Un Spectre venu de Russie hante les hauts lieux culturels européens. On le suit dans sa déambulation d’une ville à l’autre, au rythme de ses souvenirs et de ses réflexions. Il nous emmène en Toscane, à Paris, à Rothenburg…

Et je vous laisse découvrir les tenants et les aboutissants, car on n’est pas là pour spoiler

Pourquoi le lire

Cornelia étant adepte des déambulations littéraires , rien d’étonnant à ce que ce livre, ode à l’Europe et à la culture lui aie plu ! On suit le Spectre, au gré de ses humeurs, de ses enthousiasmes et de ses emportements ! Le texte est très ‘russe’ dans son style, on suit sans pouvoir reprendre son souffle le cours continu des réflexions du narrateur, dont la parole jaillit vive et naturelle,  ; il faut s’embarquer avec lui et suivre le flux…un livre à lire d’une traite, savourer les passages érudits, sourire aux multiples facéties de l’auteur et finalement s’arrêter essoufflé certes, mais réjoui, juste un peu déçu qu’il soit déjà terminé!

Poursuivre la déambulation

J’aurai l’occasion de revenir sur les mystères et les richesses de la littérature russe. Pour les parisiens, il est assez aisé de courir à la Librairie du Globe, avenue Beaumarchais à deux pas de la Bastille, pour vous en repaître !
Parmi les auteurs actuels, je vous recommande vivement la découverte des œuvres de Dimitri Bortnikov – par exemple ‘Face au Styx’- un auteur qui écrit désormais directement en français, dans une langue spontanée et avec un humour dévastateur, qui occulte à peine une sensibilité exaltée.

Extrait

‘Van Gogh buvait, fumait, et il a mis fin à toutes ses sales habitudes en se suicidant. Oui, en plus, il s’était tranché une oreille. Comment ça, à qui ? Il n’aurait jamais coupé une oreille à une mouche ! Il s’est lui-même amputé, il ne s’aimait pas. Et vous, qu’est-ce que vous auriez fait ? Il fallait bien trancher quelque chose !

Adieu ma patrie mal léchée ! Je t’aime telle que tu es. Loin des yeux, je te vois mieux. A quoi bon diminuer ta grandeur dans l’espace de mon âme ?’

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s